Stellaris Majores
Bienvenue sur SM !

Petite étoile, ne vas pas plus loin, ta place est ici parmi nous ~



 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

avatar
Messages : 17
Points Stellaire : 31
Date d'inscription : 09/01/2018
Localisation : Morio
Who am i !

Feuille de personnage
Infos:

Let it snow. Let it snow. Let it snow. [Rouky] (Abandonné)

MessageSujet: Let it snow. Let it snow. Let it snow. [Rouky] (Abandonné) Mar 30 Jan - 19:35
Le village était encore endormi, bercé par les rayons de la lune... Ah non, le soleil avait déjà bien entamé sa course en fait. La neige fraîchement tombée avait totalement gelé l'activité du village. Plus personne n'osait sortir de chez lui, et pour cause : un léger vent délogeait de temps à autre les plaques qui s'étaient formées sur les branches des arbres au-dessus de nous. Bon, on avait fait en sorte que ces attaques aériennes se concentrent sur la grande place, mais les gens craignaient toujours de se faire refroidir. Et il y avait moi, le Phyllali qui restait planté sur un tabouret au comptoir du bar de l'auberge. J'étais venu plus tôt que prévu à un rendez-vous et commençait sérieusement à m'ennuyer, la personne que j'attendais n'arrivant toujours pas. Certes, on avait fixé l'heure de la rencontre au zénith et certes, on pouvait difficilement voir la position du soleil à travers les arbres... Mais elle résidait ici - on allait bien se rencontrer à un moment, non ?

Oui, j'étais nerveux. En plus de faire ça sur ma journée de repos mensuelle, l'idée ne venait même pas de moi. Ma mère voulait ramener un tiers dans nos histoires de famille, et il fallait que Marcel – l'un des bergers de coin – lui parle de ce Lougaroc mercenaire. J'avais accepté pour lui faire plaisir, même si on ne s'était jamais rencontré le type Roche et moi. On s'était contacté via le panneau des annonces du village, affichant à contrecœur notre besoin d'aide - heureusement que nos messages se résumaient en "J'aurai besoin de tes services, rdv quand tu veux, je te donnerai des explications." "Ok.". Qu'est ce qu'il ne fallait pas faire pour voir sa mère sourire... Hé, qu'on se mette d'accord : je n'étais pas contre demander de l'aide à quelqu'un, mais on va dire que cette personne s'appelait dans la plupart des cas Phyro ; et elle était volontaire elle, pas seulement intéressée par l'argent.

Bref, tout ça pour dire que je tentais tant bien que mal d'échapper à l'enfer de l'attente, un potage au bout des lianes, appréhendant l'arrivée de l'illustre canidé rocheux et...

*Pat Pat Pat*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 60
Points Stellaire : 239
Date d'inscription : 18/01/2018
Who am i !

Feuille de personnage
Infos:

Let it snow. Let it snow. Let it snow. [Rouky] (Abandonné)

MessageSujet: Re: Let it snow. Let it snow. Let it snow. [Rouky] (Abandonné) Mer 31 Jan - 9:47
Rat. Un petit animal très pénible que le rat surtout lorsque l'environnement est tout petit et encombré et que les rongeurs sont en nombre. J'ai toujours considéré cet animal comme de la nourriture facile. Il suffit de se placer en embuscade non loin d'un terrier à partir du crépuscule et d'attendre pour sauter dessus ou de creuser jusqu'à le débusquer. Un bon chasseur peut en tuer assez en une seule nuit pour nourrir toute une famille. Un simple petit coup de dent suffit a tuer cette proie qui, lorsqu'elle est seule, est quasiment inoffensive. Cependant ces pestes peuvent devenir des adversaires mortels dans les égouts ou dans des espaces clos... comme cette cave !

J'étais arrivé à Arboris une dizaine de jours plus tôt, escortant un marchant qui devait passer une certaine période au village. Il m'avait demandé de rester dans les environs pour l'escorter jusqu'à Glagla dans quelques temps. J'ai effectué un contrat pour Marcel, un berger, qui m'a demandé d'aller passer quelques jours avec son troupeau dans les prairies. Juste avant de partir, une annonce avait été posée à mon attention au panneau d'affichage de l'auberge

« J'aurai besoin de ton aide, rdv quand tu veux, je te donnerai des explications »

Encore un qui reste vague pour me forcer à venir en espérant me faire dire oui sous le feu de la conversation. Beaucoup pensaient que je n'oserai pas dire non s'ils me suppliaient ou me présentaient bien la chose autours d'un verre. Ceux là se trompaient lourdement... Ma réponse fut extraordinairement simple : Ok. J'ajoutais un rendez-vous le lendemain de mon retour des prairies. Et ce jour c'était aujourd'hui mais j'avais un petit travail à terminer avant...

La veille au soir, alors que je profitais d'un repos mérité sur un canapé, l'aubergiste se plaignait bruyamment de l'invasion de rats dans sa cave. Il ne savait plus quoi faire, il lui fallait un chat qu'il disait. Un client précisa : un chat ou un prédateur. Aussitôt dit, tous les regards se tournèrent vers moi. J'acceptais de bouger une fois mon salaire convenu et me voici dans cette cave. J'y ai passé la nuit à affronter du rat. Affronter est le bon terme car c'est une véritable invasion ! Une cinquantaine de rats agressifs grouillaient dans cette cave. Plusieurs fois une alliance d'une quinzaine de rats m'attaqua. L'auberge trembla trois fois et l'aubergiste aura quelques pierres à déblayer et débris à ramasser tant ces bestioles peuvent être redoutables en bande. Je n'en sorti pas indemne : j'avais plusieurs petites blessures qui auraient pu être beaucoup plus graves si je n'étais pas entraîné.

C'est peu après le zénith que je remontais, j'étais un peu en retard pour le rendez-vous. Il y avait qu'un seul client à l'auberge : un Phyllali qui tenait un potage entre ses lianes planté sur son tabouret au comptoir du bar. Je ne cherchai pas à me faire discret. Je me présentai avec un énorme rat dans la gueule, la fourrure sale d'une nuit de combats. Je jetai le rongeur sur le comptoir et m'assis fièrement.

« Aaaah bravo Rouky ! Tu as l'air de celui qui a mené un rude combat. T'en as eu combien ? » S'exclama joyeusement l'aubergiste.

« 54. Presque tous aussi gros que celui là, je crains qu'il y ait du ménage à faire en bas »

« Aaah ma femme va être contente ! Tu nous as rendu un fier service mon gas. »

« Nous reparlerons de mon salaire le jour de mon départ comme convenu. »

« Allons installes toi, tu dois être affamé »

« J'ai passé ma nuit à manger des rats je te remercie. Apporte moi un jus de baies sitrus et mepo plutôt. »

Je m'installai à une table juste côté du Phyllali en l'ignorant royalement. Je ne lui adressai pas un seul regard, pas une seule petite marque d'attention. Je considérai que c'était à lui de m'aborder.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 17
Points Stellaire : 31
Date d'inscription : 09/01/2018
Localisation : Morio
Who am i !

Feuille de personnage
Infos:

Let it snow. Let it snow. Let it snow. [Rouky] (Abandonné)

MessageSujet: Re: Let it snow. Let it snow. Let it snow. [Rouky] (Abandonné) Ven 27 Avr - 20:03
Il était enfin arrivé.

Le loup des montagnes, le grand combattant, le mercenaire sans peur. Tant de titres que méritait ce Pokemon. Il s’avança vaillamment vers le comptoir, une de ses nombreuses proies dans la gueule. Il emportait avec lui le parfum de sa victoire ; véritable exaltation de son esprit guerrier. Le Lougaroc lança son trophée sur le comptoir dans un geste magistral et s’assit, bombant triomphalement le torse. Tout comme l’aubergiste, le jeune Phyllali ne put rester impassible devant un tel héros. Un déclic se produisit alors dans son esprit ; il prit son courage à deux pattes et lui demanda avec la plus grande déférence s’il pouvait être son…

Excusez moi pour cette grotesque parodie. Mais à chaque fois que j’imagine ce qu’il pensait lors de son arrivée, ça donne quelque chose du genre. (Sauf pour les deux dernières phrases)

Le retardataire s’assit donc au comptoir ; assez proche de moi pour que le goût de rat mort prenne le dessus sur celui du potage. Son échange avec l’aubergiste m’apprit les raisons de son retard. Un combat contre cinquante-quatre rats… D’où les légères blessures qui trouaient son pelage. Dans un sens, cela me rassurait un peu : il semblait avoir les capacités pour remplir la mission que ma mère voulait lui confier.
Nous restâmes quelques secondes sans nous adresser une phrase – ni même un regard. J’étais trop concentré à démêler les odeurs de plantes et de sang qui envahissaient ma bouche. Quant au mercenaire, il sirotait un jus de baies Sitrus et Mepo – le genre de mélange qui vous redonne de l’énergie pour une semaine – sur une table derrière moi. Il attendait sûrement que je lui adresse la parole. J’avais dû mal à savoir si c’était son comportement ordinaire ou s’il avait de bonnes raisons d’être aussi froid. Peut-être le manque de renseignements dans mes messages l’avait gêné…

*C’est sûrement de ma faute. Rah, comment font les gens pour demander de l'aide, déjà ?*

Mais l’heure n’était pas aux remises en question. Mon potage fini, je n’avais plus d’excuses pour ne pas aller lui parler. Je reposai mon bol vide sur la table, descendit du tabouret et me retournai vers lui.

"Vous êtes donc Rouky, c’est ça ? Je suis Phyro. Enchanté."

Je lui tendis une patte amicale en guise de respect. Normalement, la discussion était bien commencée – c’était maintenant à lui de la poursuivre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 60
Points Stellaire : 239
Date d'inscription : 18/01/2018
Who am i !

Feuille de personnage
Infos:

Let it snow. Let it snow. Let it snow. [Rouky] (Abandonné)

MessageSujet: Re: Let it snow. Let it snow. Let it snow. [Rouky] (Abandonné) Mar 1 Mai - 12:33
Seul le crépitement du feu troublait le silence de l'auberge tant tout était calme. Le phyllali dégustait son potage au comptoir en prenant son temps. Je ne lui accordait toujours aucune attention le regard tourné vers la cheminé. Mon jus de baie descendait lentement. Le temps s'écoula mais je n'en profitai pas pour me reposer, je restai alerte et attendait que le type plante vienne me parler. Il était client, c'est lui qui avait demandé mon aide, je ne lui devait rien. S'il ne trouvait pas le courage de m'aborder et bien je ferai une bonne sieste au coin du feu et passerai la soirée avec une jolie fille qui viendrait, certainement la nuit dans ses pattes. Je souhaitai presque qu'il ne trouve pas ce courage et s'en aille sans un mot.

Finalement, son potage terminé, il posa son bol sur la table, descendit de son tabouret et se tourna vers moi.

« Vous êtes donc Rouky, c'est ça ? Je suis Phyro, enchanté. »

Puis il tendit vers moi une patte amicale en guise de respect. Mon propre jus de baie était terminé. Me tournant vers le type plante, mon regard croisa le sien. J'ignorais cette patte tendue, je comprenais le geste mais j'y était opposé. Je ne connaissais pas ce pokémon, je ne l'avais jamais vu et ne souhaitais pas avoir de contact physique avec cet inconnu pour le moment, surtout dans les conditions actuelles : client / mercenaire.

« Bonjour Phyro » Dis-je en fermant les yeux et baissant légèrement la tête.

Ce petit geste dura une seconde après quoi mon regard sauvage fut de nouveau dirigé sur lui. C'est une forme de salutation ayant la même valeurs de respect que cette patte tendue sans contact physique. Je lui démontrait ainsi que je n'avais aucune intention hostile en offrant une toute petite seconde de vulnérabilité. Je lui parlais d'une voix amicale mais je ne cherchais pas à cacher la fatigue et la lassitude d'une nuit de combats.

« J'ai cru comprendre que vous aviez besoin d'aide. De quel genre d'aide ? »

L'aubergiste nettoyait le bol de Phyro. En parfait professionnel, il restait présent pour ses clients mais ce n'était qu'une image : il voulait s'assurer que la situation ne dégénère pas ce qui arrivait parfois lors de la négociation d'un contrat de mercenaire. Tous n'était pas aussi sympa que moi...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 17
Points Stellaire : 31
Date d'inscription : 09/01/2018
Localisation : Morio
Who am i !

Feuille de personnage
Infos:

Let it snow. Let it snow. Let it snow. [Rouky] (Abandonné)

MessageSujet: Re: Let it snow. Let it snow. Let it snow. [Rouky] (Abandonné) Ven 11 Mai - 18:31
"Bonjour Phyro"

Le Lougaroc inclina brièvement sa tête. Je mis un certain temps – une seconde, environ – pour comprendre son geste et baissai la patte que je lui avais tendu. Étrange : jamais quelqu’un ne m’avait salué comme ça auparavant.

*Autres mœurs, j’imagine.*

Une autre chose m’avait marqué à ce moment-là. Rouky semblait extrêmement fatigué. "Normal après une nuit de combat", me direz-vous, mais je parle d'une chose en plus de la simple fatigue physique. Je remarquai que certaines blessures au niveau de ses pattes ne s’étaient pas encore entièrement cicatrisées. On n’était plus dans le domaine de la simple éraflure, et ce genre de plaies pouvait vite devenir problématique si elles n’étaient pas traitées correctement.
Même sur ma journée de repos, je pensais à ça. C’est dire à quel point mon boulot était gravé dans le sang à l’époque.

"J’ai cru comprendre que vous aviez besoin d’aide. De quel genre d’aide ?"

Ah oui, la demande. J’avais oublié un instant que je parlais à un mercenaire.
Je ressentis un courant d’air froid venir de derrière moi, accompagné de plusieurs bruits de pas ; quelqu’un venait de rentrer dans l’auberge. L’idée de devoir déballer ma vie à une personne ne m’étant déjà peu agréable, vous imaginez bien la conséquence de l’arrivée d’une troisième personne.

"Ah, Francis ! Qu’est ce que je te sers ?"

De tous les villageois, il fallait que ce soit lui qui vienne. Francis, un vieux Feuiloutan tout droit sorti du Sud de la forêt. Je devais être le plus concis possible. Il était connu pour avoir un accent qui rendait la moitié de ses phrases incompréhensible.

"En effet. Ce serait pour un…"

Et surtout

"Tu me mettrais biun un ptit pastaga."

pour sa capacité à dépasser toutes les limites d’intensité sonore. C’était le genre d’individu au côté duquel tu ne pouvais pas tenir une discussion plus d’une minute sans que ton corps ne te fasse partir instinctivement pour la conservation de l’un de tes sens.
Pour vous situer : Une fois, un enfant avait voulu impressionner ses camarades en volant une baie dans la maison du Pokemon Singépine. Quand sa mère me l’a amené en urgence, il avait perdu 2 points d’audition. Et il ne les a jamais regagné.
Enfin bref. En plus de me couper dans la parole, le Brouhaha m'avait arraché un rictus de douleur. J'essayais tant bien que mal de reprendre le fil de ma phrase, mais c'était sans compter :

"Hé mais c’éty pas notr cher Phyro ? Commun qu’il va ?"

Je tournai douloureusement la tête vers lui pour le saluer d’un signe de liane et glissai à mon interlocuteur initial :

"Est-ce qu’on pourrait discuter dans un coin plus... calme, si possible ?"

L'auberge n'était finalement pas une bonne idée pour un rendez-vous.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 60
Points Stellaire : 239
Date d'inscription : 18/01/2018
Who am i !

Feuille de personnage
Infos:

Let it snow. Let it snow. Let it snow. [Rouky] (Abandonné)

MessageSujet: Re: Let it snow. Let it snow. Let it snow. [Rouky] (Abandonné) Lun 14 Mai - 11:12
Le ne faisais aucun effort pour mettre à l'aise le Phyllali, pour l'aider à délier sa langue et me dire pourquoi il avait fait appel à moi. A vrai dire je m'en moquais complètement. On a jamais assez d'argent certes mais à cet instant j'étais fatigué et assez riche pour vivre confortablement durant quelques jours. Je ne m’inquiétais jamais de passer plusieurs jours sans travail : il ne se passait pas deux jours sans qu'un annonce fleurisse à la taverne. J'avais bien conscience que j'étais un peu froid et distant. Mais je faisais malgré tout honneur au respect et à la politesse.

Alors qu'il s’apprêtait à me parler, un courant d'air froid traversa la salle tandis que la porte s'ouvrait pour laisser la place à un visiteur. Habitué au climat beaucoup plus rude des montagnes, je ne fus pas dérangé le moins du monde par la soudaine chute de température. Un vieux feuilloutan était entré dans la taverne. Je ne l'avais jamais vu et n'y accordait aucune attention. Il s'appelait apparemment Francis et était pourtant connu de l'établissement comme le prouvait l'accueil de l'aubergiste. Son arrivé provoqua la gène du Phyllali qui se tenait face à moi.

Le singe parlait fort, trop fort.

« Est-ce qu'on pourrait discuter dans un coin plus... calme, si possible ? »

Me demanda t-il. J'haussai un sourcil. De toute évidence celui là n'avait jamais demandé les services d'un mercenaire... Pourquoi m'avoir donné rendez-vous à la taverne s'il voulait discuter dans un endroit calme ? Et ou voulait-il aller ? Dans une ruelle sombre ? Quelle meilleure façon d'avoir des ennuis... Il n'était pas question de l'emmener dans ma chambre, la tavernier me connaissais assez pour savoir que je n'y tolérait d'autres pokémon que lorsque je voulais... les câliner. Je lui indiquai du museau une table à l'écart des autres à l'autre bout de la salle dans un coin sombre et sans un mot je me dirigeai vers elle.

Francis reçu son petit pastaga et se dirigea vers nous. Calmement mais avec une fermeté et une autorité implacable je lui barrais le chemin en le fixant droit dans les yeux.

« Phyro est occupé. Respectez et dégagez ou affrontez moi. »

Je me tenais entre le feuilloutan et le Phyllali, empêchant le premier de rejoindre la table ou j'avais guidé le second. Je le fixais droit dans les yeux avec cet air sauvage de défi qui me caractérisait. Le manche de mon poignard brillait au sein de ma fourrure semblant impatient d'être utiliser, du sang de rat le salissait encore. Des traces se trouvait encore sur ma fourrure également. J'avais conscience d'être froid et dur mais je m'en moquais. J'étais las et je voulais qu'on me laisse me reposer. Durant de courtes mais longues secondes, un silence tendu régna dans la taverne, rompu par le tavernier :

« Francis tu ne connais pas Rouky. Fou lui la paix et viens boire ici si tu ne veux pas finir comme ce rat. Je ne veux pas d'incident. »

Finalement, après avoir jeté un œil au cadavre de rongeur qui n'avait toujours pas été retiré du comptoir, le singe recula et se dirigea vers le comptoir ou il commença à bavarder avec le tavernier, le volume sonore avait beaucoup diminué. Lentement, très lentement je me tournai vers la Phyllali puis m'installai dans le coin.

« Parlez sans crainte, nous sommes en paix ici. »

Peut être n'était-ce pas l'idée qu'il avait eu d'un coin plus calme mais j'essayai de lui montrer par mon attitude que je n'avais pas l'intention de bouger d'ici. C'était ce coin là ou rien du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Who am i !

Let it snow. Let it snow. Let it snow. [Rouky] (Abandonné)

MessageSujet: Re: Let it snow. Let it snow. Let it snow. [Rouky] (Abandonné)
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Pages + projets - Collection Snow Day de Crate Paper
» [Film] Snow Cake
» Book DP 56 Snow Village
» [Snow, Alan] Au bonheur des monstres - Tome 1
» Snow White

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Stellaris Majores :: La Terre Que Nous Foulons :: Territoire de Sylvaron :: Arboris-