Stellaris Majores
Bienvenue sur SM !

Petite étoile, ne vas pas plus loin, ta place est ici parmi nous ~



 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

avatar
Messages : 8
Date d'inscription : 04/11/2017
Who am i !

Feuille de personnage
Infos:

Je marche dans ses pas, guidé par sa sainte lumière.

MessageSujet: Je marche dans ses pas, guidé par sa sainte lumière. Jeu 9 Nov - 19:31

Xeny Zestary


Âge : 33
Genre : Penchant Masculin
Clan actuel : Panthéon
Métier : Champion
Orientation sexuelle : Panromantique
Talent : Aura Féérique
Surnom(s) : Xen, Champion
Physique
Espèce: Xerneas

Couleurs: Chromatique

Taille & Masse: Xeny est un géant. 3,5m de haut jusqu'à la tête. 5m en comptant la hauteur de ses bois. Il est un peu plus lourd, 240kg, il garde une allure svelte et élancée.

Armes, équipements: Ses bois, ses sabots...

Vêtements: Aucun

En plus: La pupille du cerf est dorée. En forme « Paisible » ses cornes sont de couleur charbon. En forme « Déchainé », ils sont dorés.

Caractère
Humble. Contempler ce qui nous entoure, se rendre compte de chaque élément dont la vie est imprégnée. La Terre, l’herbe, les fleurs, les arbres et ses habitants, du plus petit au plus grand, chacun joue son rôle dans la nature. Les maillons s’enchaînent les uns aux autres et forment ce réseau unique où tous sont intimement liés. Il n’est que d’humilité celui sachant se respecter et respecter son environnement, ne cherchant à nuire à autrui, se remettant toujours en question quant à sa place dans le cycle si fragile de la vie, prohibant l’orgueil de puissance qui lui a été conféré.

Simple. Tu chemines sur le sentier de l’existence, ne consommant que le nécessaire pour satisfaire tes besoins primaires. Nul besoin d’apparat pour mieux être, nul besoin du désir de posséder pour te sentir complet, tu te contentes de goûter le fruit de tes aventures et de profiter des moments de tranquillité que t'offre la nature. Au détour des chemins, tu t’émerveilles devant un champ printanier, sachant te faire discret pour pouvoir observer ce joli tapis d’orchidées.

Calme. Une démarche souple, élégante et d’une lenteur mesurée. Chaque pas se croise de façon cadencée, tel un métronome battant la mesure au rythme de ton existence. Le corps se meut avec grâce dans le paysage, dégageant une aura pleine de sérénité. Ton attitude reflète à travers ton regard un état de quiétude absolue, mais pourtant, tu es un cœur recherchant encore à atteindre la plénitude.

Pieux. En ton dieu, tu voues toute ta ferveur, te sentant au plus proche de lui afin de pouvoir accomplir le devoir délégué. Dans tes prières, tu cherches à ne faire qu’un avec ton père, abandonnant l'enveloppe charnelle, libérant l'esprit vers l’espace infini, accordant un amour sans faille, tu lui rends grâce, chaque jour écoulé, le remerciant ainsi de pouvoir exister. Une relation en phase avec les astres, ainsi, as-tu créée, cherchant alors à te rapprocher de celui tant aimé. La faveur du divin croît en ton sein, une puissance un jour qui pourra être exploitée et c’est lorsque les glas retentiront dans la voûte céleste, à travers le cœur de l’élu, jusque dans l’âme des combattants appelés, alors, tu deviendras l’avatar du Créateur sur terre.

Guerrier. La vie n’est pas un long fleuve tranquille, tu le sais mieux que quiconque. Courage, Force et Sagesse sont tes fers de lance pour parvenir à devenir entier. Cette joute qui a pour nom « Vie » est une épreuve perpétuelle permettant de rendre grâce au Père. Entraîné à vaincre l’adversité, avec audace et panache, en ta qualité de Champion, tu fais honneur à tes adversaires, une croisade menée avec égard et respect. Prenez garde si vous êtes de ces créatures hérétiques, infamies, ton pardon, ils ne pourront quémander. Tu ne sauras être juge de leurs méfaits, mais une bonne amie à toi se chargera de rendre le verdict.


Mais, tu es bien plus que de simples préceptes vertueux, car comme toute être vivant, tu possèdes des faiblesses, tu n'es pas infaillible. Derrière ce visage serein que tu arbores chaque jour, au fond de toi, des craintes bien réelles existent. Ta plus grande peur, perdre ce que tu aimes, rien ne compte plus pour toi que ceux auxquels tu tiens.
Les Celiz sont ta famille, tu ferais tout pour les protéger, tu risquerais ta vie et prendrais des risques parfois inconsidérés. Tu te ferais bouclier pour les sauver.

Bien entendu, la maturité t’a fait grandir. Toi qui rêvais d’un espoir pour que Bahors et Celiz puissent vivre en harmonie, la réalité t’a rattrapé, en effet la paix ne peut être envisagée pour le moment. Tu mènes tes actions, aussi petites sont-elles, pour ceux qui le méritent, tout cela en secret… La pression pour représenter ton peuple pèse sur tes épaules, tu souhaiterais mettre tout le monde sur un pied d’égalité, car tu ne sous-estimes pas les Bahors, bien au contraire, mais en disant cela, tu te fais juger parmi les tiens et ça, tu le vis mal intérieurement. Un jour, peut-être, les mentalités évolueront…

Si tu dois te battre contre eux, ce sera à contre cœur, mais tu fais cela pour défendre ton foyer et ta patrie, c’est légitime. Tu t’es imposé une ligne de conduite. En combat, l’honneur prime. Tu ne déploies que l’énergie qu’il te faut pour vaincre tes adversaires. Tu n’attaques pas, tu ripostes, tu laisses réfléchir ceux qui s’en prennent à toi, tu les laisses avancer lentement vers le châtiment qui leur est destiné. Tu n’achèveras jamais un adversaire, il périra lui-même de son affront, car c’est à ton amie la faucheuse d’effectuer cette tâche ingrate, pas à toi, créateur de la vie. Alors tu n’oublies pas de la remercier, et de prier pour ceux qu’elle aura emportés.

Par contre, tu peux te montrer impitoyable envers ceux qui osent faire preuve de bassesse et d’ignominie. Pour eux, pas de quartier, pendant un instant dans tes yeux, l’on pourra distinguer les flammes de l’enfer qui viendront les consumer. Et là, tu n’as plus le contrôle, la colère l’emporte sur la raison, tu te perds toi-même…
Même si ce combat est le tien, tu ne pourras le réussir seul.

Tu es la Vie et l’Existence même.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 8
Date d'inscription : 04/11/2017
Who am i !

Feuille de personnage
Infos:

Je marche dans ses pas, guidé par sa sainte lumière.

MessageSujet: Re: Je marche dans ses pas, guidé par sa sainte lumière. Jeu 9 Nov - 20:39
Histoire


Cette histoire débute un soir d’hiver, tout là-haut, dans le sanctuaire du Panthéon. Quelques flocons descendent lentement du ciel et recouvrent les pavés de marbre et les toitures de pierre des chaumières de la ville fortifiée. La plupart des Celiz, enfants comme parents, se reposent au chaud dans leurs abris. Mais ce soir-là, une créature a décidé de braver la morsure du froid pour se rendre dans le sanctuaire d’Arceus, la grande chapelle du Panthéon. Elle marche seule dans les allées éclairées par les rayons de la lune, son pelage est recouvert d’un léger drap blanc de neige, la pointe de ses sabots en forme de lame touche délicatement le sol sans émettre le moindre son… Après plusieurs minutes à braver l’hiver, elle arrive devant l’imposant bâtiment et pénètre en son sein par l’entrée principale qui n’est gardée par aucune porte.

D’une démarche lente et quelque peu maladroite, elle entre dans le sanctuaire. Elle emprunte le long couloir central, puis une fois au bout elle tourne à gauche, elle débouche sur un nouveau couloir dont les murs sont ornés de broderies richement décorées. Elle se stoppe devant une porte, elle lève la patte, la pose dessus et pousse légèrement. La voilà maintenant dans une grande pièce au plafond duquel l’on peut voir le panache des étoiles formant les constellations. Au centre, un autel érigé sur lequel repose une stèle en pierre blanche qui semble dégager sa propre lumière. La forme longiligne s’approche lentement et s’agenouille devant, silencieusement.
Elle lève le regard vers la voûte, la lumière émise par les corps célestes permet d’apercevoir ses iris en forme de croix, colorés d’un vert émeraude. Sa voix pure s’élève doucement dans le bâtiment, elle chante à mi-voix cette prière dans une langue que jamais aucun Pokémon n’avait entendue jusqu’alors.

Au fur et à mesure qu’elle entonne son incantation, les joyaux de ses bois commencent à émettre une faible lueur, de petites lumières semblable à des billes commencent à sortir du corps de la biche et à se mettre en lévitation… Au plafond, les étoiles formant la Constellation de la Vie s’agitent, leur lumière devient de plus en plus étincelante. De nouveaux photons luisent à présent au niveau du toit et tombent lentement vers l’autel, comme des flocons. Ils s’amassent les uns sur les autres, formant une sphère brillante bleu et or sur l’emplacement de la stèle. La pièce se baigne dans un mélange de ton bleuté et doré, les billes lumineuses volent paisiblement autour de la scène, quittant lentement le corps du Pokémon légendaire. Seules celles provenant de la voûte sont animées de vivacité. La biche continue de chanter, sa pureté résonne dans toute la chapelle. La sphère de lumière quitte la pierre blanche pour se retrouver aux pieds de l’élégant cervidé, elle disparaît peu à peu et l’on commence à deviner la forme d’une petite créature. Un faon au ventre blanc et au visage aux teintes bleu et bleu ciel endormi apparaît grâce à l’énergie des étoiles et les forces vitales de sa mère.

Elle se sent partir, ses forces quittent peu à peu son corps, elle approche doucement la gueule du jeune Pokémon endormi, collé contre son pelage luisant, sa respiration saccade, sa voix s’essouffle, elle murmure à l’oreille de son petit, posant doucement son museau contre le sien, le gratifiant d’une tendre caresse. Son corps émet une lumière plus vive, ses poils, ses pattes, son museau, ses bois deviennent de plus en plus transparents, elle continue à chanter. La petite créature entrouvre l’un de ses yeux, laissant apparaître une petite pupille croisée, dorée. Il lève le regard vers sa maternelle, cette dernière plisse ses paupières avec tendresse, des larmes apparaissent dans ses yeux, elle aura vu la couleur de l’œil de son fils, celle qu’elle a tant désiré. C’est dans ce dernier instant que l’échange d’un regard, deux vies se croisent, pourtant, il existera entre eux, un lien qui restera éternel.

L’aube se lève, les rayons de soleil traversent les vitraux finement gravés, les deux êtres sont encore collés l’un à l’autre. La mère émet ses dernières lueurs, puis disparaît lentement dans une lumière scintillante, comme un mirage. C’est à ce moment que les gonds de la porte de la salle derrière les deux Pokémon émettent un grincement, l’individu eut juste le temps de voir le corps du nouveau-né prostré au sol, illuminé par l’un des vitraux.

Ainsi naquit le faon prodige.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

C’est une Reshiram répondant au nom d’Astrameldha, prêtresse de la chapelle, qui découvrit au petit matin le corps transi de froid du faon. Elle se précipita auprès de lui pour le réchauffer grâce à la chaleur dégagée par son type feu. Le petit faon ne pouvait pas bouger, il respirait difficilement, de l’eau coulait de son museau, il fallait vite s’occuper de lui avant que le froid ne l’emporte.
Les premiers soins furent apportés au nouveau-né et on l’emmena en un lieu sûr le temps que la dragonne prévienne de l’incident. La nouvelle remonta jusqu’aux oreilles des Conseillers, une naissance sans aucun parent pour accompagner, sans l’aide de la prêtresse en personne !
Cela relevait du miracle.  La disparition d’un des envoyés de la Vie leur permit de rapidement faire le rapprochement, mais les dirigeants se sont questionnés. Pareil événement ne s’était produit jusqu’alors dans le panthéon, ils débattirent. Une prophétie ? Une malédiction ? Personne ne sut répondre, tous étaient abasourdis par l’événement… Mais le plus important, une fois que l’enfant des étoiles sera totalement remis sur pied, il faudrait lui trouver rapidement une famille, tous étaient d’accord sur ce point… Cela ne tarda pas. Quelques semaines après la convalescence du petit, un Pokémon se présenta, il s’agit d’un Deoxys aux couleurs bien étranges, il était tout blanc et la sphère centrale changeait souvent de couleur… Son nom, Nostra.

Personne n’avait vu ce Pokémon légendaire avant, il était très calme, il parlait bien, et il dégageait une aura pleine de mystère. Il se disait apte à s’occuper du petit et à veiller sur lui. Personne n’y vit d’inconvénient ou du moins, ne l’avait exprimé à haute voix. L’on remit une couverture dans laquelle la progéniture était emmitouflée, il l'a prit dans ses bras et commença à border le petit cerf.

« Ne t’inquiète plus petit être, je vais m’occuper de toi. Ton avenir… Sera grand… Xeny. »

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

L’enfance du petit daim se passa sans autre incident, il grandit bien malgré et qu’il eût un peu de retard pour s’exprimer, il réussit à combler ce problème grâce au soin prodigué par son papa adoptif. Le jeune Xeny était plein d’énergie, très curieux, comme tous les petits de son âge.
Durant les premières années de sa vie, Nostra l’emmenait partout dans les coins de nature pour lui faire découvrir les arbres, les fleurs, les couleurs, il le mettait en contact avec des enfants de son âge, pour qu’il se fasse des amis, qu’il se bagarre, qu’il rie et qu’il pleure, qu’il fasse ses premiers pas de son existence. C’est durant ses premières années que Xeny créa une sorte d’amitié-rivalité avec un petit Keldeo assez borné appelé Korel. Bien qu’il lui arrivait de malmener le jeune cerf, cela les amenant à ce qu’ils se disputaient souvent, cela ne durait jamais bien longtemps et ils passaient plutôt de bons temps ensembles ainsi qu’avec d’autres petits légendaires.

C’est vers l’âge de 5 ans qu’il lui fit découvrir les combats dans des arènes de temps à autre et d’ailleurs, les autres adultes lui faisaient souvent la remarque, ce n’était pas un endroit pour un enfant ! Mais il n’y prêtait guère attention. En autre, tous les matins dès à l’aube, les deux Pokémon allaient prier Arceus à la chapelle,  avant de passer le reste de la journée ensembles.
C’en était devenu un rituel et une part très importante dans l’évolution du jeune Pokémon. L’attitude de l’extraterrestre était cependant assez étrange...
Sa démarche était plutôt passive quant à l’éducation de Xeny, il lui laissait faire ses propres expériences, il se plaçait la plupart du temps comme observateur plutôt qu’accompagnateur, l’on aurait dit… Qu’il semblait attendre quelque chose…

Une nuit, lors 8e printemps de Xeny, Nostra fut réveillé par un cri. Il se précipita dans la chambre du cerf qu’il vit en boule, pleurant à chaudes larmes, il tremblait, il avait peur. Le Pokémon dans sa forme normale s’approcha du cerf et l’étreignit pour le rassurer. Xeny avait fait un cauchemar, il avait vu un grand Pokémon allongé disparaître sous ses yeux, dans une grande lumière, puis, le noir total. Le petit bafouillait qu’il avait aussi entendu des voix, alors le Deoxys lui demanda quelles genres de voix ? Le petit, trop agité et stressé ne sut répondre et sanglota… Nostra l’enlaça…

Ce n’était qu’un cauchemar…


Vers l’âge de ses 10 ans, les premiers bois de Xeny apparurent. Le petit se regardait dans la glace de la chaumière du Pokémon spatial, le gosse était toujours plein de joie et de bonne humeur, fier de voir ces deux petites pointes noires trôner sur son front. Ce jour-là, le Pokémon spatial emmena son fils dans un endroit un peu particulier, aujourd’hui, il allait lui apprendre comment se défendre, vraiment se défendre. Le Pokémon ADN l’initia donc à l’art du combat, toutes les techniques qu’il connaissait, il les lui enseigna, prenant tantôt sa forme défense, invitant son fils à se défouler, tantôt une forme vitesse pour développer son endurance et sa rapidité. Il lui apprit aussi à comprendre et à maîtriser ses pouvoirs de type Fée. Xeny montra rapidement qu’il avait le combat dans le sang, il comprenait vite les stratégies, ce qu’étaient les types des Pokémon, ce qui était plutôt rare pour un gamin de son âge. Il était fait pour ça et montrait son enthousiasme à chaque nouvel entraînement. Il voulait que son papa soit fier de lui.

C’est à cette période précisément que le jeune Pokémon commençait à entendre des voix dans sa petite tête, des murmures se manifestant de manière spontanée. Au début, il n’y prêtait pas vraiment attention, mais au fil des mois les murmures se firent de plus en plus présents. Cela le déconcentrait, il était souvent dans la lune, quand on lui parla l’on avait toujours l’impression qu’il était ailleurs. Son comportement changea, il devient plus dissipé, lui qui était habituellement sage comme une image, il devint plus turbulent, certains de ses camarades se moquaient de lui et il le prenait mal, la plupart du temps cela finissait en bagarre. Le Pokémon Psy fut averti à propos du comportement de son fils. Ce dernier ne répondit rien, comme ci tout cela était « normal ».

Un matin, alors qu’ils se rendirent à la chapelle pour prier comme à leur habitude, Xeny s’arrêta net devant l’entrée principale, il fut tétanisé, comme si une force l’empêchait de bouger. Il était mal à l’aise et pour la première fois, il supplia Nostra de rentrer à la maison… Le Pokémon spatial réussit tout de même à le tirer vers l’intérieur. Le petit quémanda pour sortir, tremblant, les murmures dans sa tête devenaient de plus en plus forts dès lors qu’il se rapprocha de la salle des prières. Ce jour-là, il y avait peu de monde dans le bâtiment, quelques adeptes et la prêtresse se trouvaient au pied de la stèle, elle se retourna et salua avec politesse les deux Pokémon, mais elle remarqua le comportement inhabituel de Xeny.

« Mon enfant ? Tout va bien ? »

Nostra jeta un regard vers le cerf, ce dernier avait ses yeux exorbités, fixant le plafond des Constellations. La Reshiram ne comprenait pas et lorsqu’elle ouvrit de nouveau la bouche, Nostra la coupa nette.

« Ca va commencer. »


Xeny se rapprocha très lentement de l’autel et lorsqu’il fut à portée, un spasme le prit et la pierre blanche se mit à briller. Astrameldha lâcha un hoquet de surprise, Nostra ne bougea pas d’un pouce, comme ci tout cela avait été prévu… Les pieux présents furent tous aussi surpris de voir tel phénomène, bientôt le petit cerf commença à s’élever lentement, ses sabots ne touchant plus le sol, puis des murmures se firent entendre dans toute la pièce. La manifestation surnaturelle disparut aussi vite qu’elle était apparue, la lumière autour du cerf se dissipa, les voix aussi, il tomba sur le sol et s’effondra… Que venait-il de se passer ? La dragonne se précipita vers le corps du faon pour le soutenir. Le petit se réveilla lentement, il dit avoir entendu une voix, avoir vu une étoile brillante, géante et dans cette étoile, un œil immense, puis plus rien. La prêtresse se retourna vers le Deoxys, arborant un visage inexpressif. Plus tard, elle prit le type psy à part et le bombarda de questions, il était trop étrange depuis que l’enfant lui avait été confié. Qui était-il exactement ? Le Deoxys lui dit simplement qu’il n’était pas une étoile comme les autres, qu’il était bien plus qu’un simple émissaire de l’Existence…

L’incident à la chapelle fut rapidement oublié, d’ailleurs Xeny était redevenu le gentil garçon qu’il était au début. Ses douleurs à la tête avaient disparu, mais les murmures continuèrent de résonner. Pourtant, ils étaient plus doux et surtout, le jeunot arrivait à les interpréter, ces derniers devenaient plus audibles surtout lorsqu’il allait prier, il en parla souvent à Astrameldha, il disait qu’il se sentait vraiment, différent. Il ne savait pas vraiment comment l’expliquer, mais depuis qu’il avait eu cette étrange vision, il pouvait entendre les prières des autres Celiz dans l’église, la démonstration n’en fut que plus étonnante lorsqu’un jour, le petit sut exactement ce qu’un couple était venu prier. Des enfants, ça semblait évident, mais Xeny avait réussi à deviner que le couple priait pour avoir un bébé Tokotoro. De même, il lui arrivait de voir des formes, des personnes, mais qui ne sont pas vraiment là, assises sur les bancs de la cathédrale. D’ailleurs, Xeny passa le bonjour à la dragonne d’un certain Artémis. Il ne savait pas du tout qui c’était, mais il semblait qu’il eût connu la femelle à une certaine époque… La prêtresse était vraiment interloquée par les histoires du petit cerf, alors elle gardait un œil bienveillant sur lui et s’entretenait avec Nostra le plus souvent possible, ce n’était pas dans la capacité d’un Pokémon comme lui que de voir des esprits…


Les années filèrent encore et toujours, Xeny devint un bel adolescent, il grandit jusqu'à dépasser son paternel, ces bois avaient poussé et les joyaux incrustés étaient de couleur vive, signe de bonne santé. Les lames de ses sabots étaient devenues robustes et il arrivait à supporter des chutes d’une hauteur assez élevée. Ils continuaient ses entraînements avec son père, mais aussi avec Korel, son ami le Keldeo. Ces deux-là se défoulaient gaiement dans le camp d'entraînement, leurs instincts de combat s’étaient rudement développés au fil des années. Le cerf se sentait capable de relever tous les défis, il voulait toujours expérimenter de nouvelles techniques, parfois, il descendait avec son ami pour s’entraîner sur « Le TerTer » comme lui disait son compagnon.

À 18 ans, il fit la connaissance d’un Pokémon particulier nommé Mars, un Groudon au corps noir et aux yeux violets. Le titan était vraiment impressionnant et surtout très puissant, il venait d’entrer en temps que Conseiller au Panthéon. Tout le monde avait du respect pour ceux capable de gérer la vie des Celiz, d’ailleurs, le jeune adulte avait attiré l’attention du Pokémon Continentale, plutôt intrigué par la combativité du Pokémon de la Vie. La plupart du temps, ces derniers étaient des pacifistes dans l’âme, Xeny, bien que très doux lorsqu’il n’était pas en train de fracasser des rochers à coup de sabot, dégageait une aura qui ne laissa pas le Groudon indifférent. Le cerf en fut très fier et il redoubla d’efforts pour montrer qu’il était digne de l’attention qu’on lui portait.

C’est aussi durant cette période qu’il commença à réellement prendre conscience de son rôle de Pokémon Existence. Dans les légendes, c’était un Xerneas primordial qui donnait naissance à toutes les espèces vivantes, qu’elles soient animales, végétales, mais aussi, les tous premier Bahors… Toute entité dans ce monde mérite la vie qui lui a été insufflée, l’existence ne devrait pas être mise en porte-à-faux à cause de préceptes liés à la seule nature des Pokémon, à savoir, ce rapport de puissance et cette jalousie que les Bahors ont à l’égard des Celiz. Bien que ces derniers soient plus forts, sont-ils d’autant plus légitimes de pouvoir que ceux du monde d’en bas ? Ils ne sont pas si différents des Pokémon d‘en haut pourtant, ils sont même capables de grandes choses lorsqu’ils s’unissent, là où un légendaire se démarque par ces exploits solitaires, la plupart du temps.

Alors, cette guerre qui dure depuis des centaines d’années, est-elle vraiment nécessaire ? Est-ce normal de voir autant de vie gâchées autant du côté Celiz que Bahors ? Quel est le véritable but de ce conflit ? Et surtout, n’y aura-t-il… Qu’un seul vainqueur ?
Tant de questions encore que le jeune se posait et qui ne trouvait pas de réponse.


À 20 ans Xeny découvrit pour la première fois le champ de bataille. Une alerte générale avait été donnée, des Bahors s’étaient introduits en nombre non loin de la Passerelle Arc-en-ciel, une poignée de Celiz fut appelée au combat. Xeny s’y était joint en compagnie de Korel, les deux Pokémon formèrent un duo soudé durant tout le combat. La bataille fut brève, mais intense et horrible. La plupart des intrus furent exterminés sans remords, les corps jonchaient le terrain. Pendant que la plus grosse part des forces s’était faite laminer, un groupe de soldats Bahors avait prit le Keldeo et le Xerneas à part. Mauvaise idée pour le groupe, car le tandem n’en fit qu’une bouchée. Ruade et coup de sabot, Combat et Fée combattirent avec férocité, ne montrant aucune once d’hésitation. Voyant qu’il était inutile de s’acharner sur le poulain et le cerf, le peu de survivants prirent la fuite, sauf l’un d’entre eux, gravement blessé durant l’affrontement et qui fut abandonné par ses camarades. À terre, dans l’incapacité de se défendre, il attendait sa mort venir. Le petit poney était prêt à achever celui qui était venu profaner son territoire, mais Xeny, ne l’entendait pas de cette oreille. Bien que l’hérétique avait fait une faute grave, était-il réellement nécessaire de le tuer ? Il n’était pas capable de se battre et jamais Xeny n’affronte un combattant qui n’est pas à sa hauteur, encore moins de vouloir l’achever alors qu’il est en état de faiblesse. Il s’interposa. Le Keldeo lui ordonna de le laisser passer, Xeny ne bougea pas d’un pouce, ancré dans le sol comme un arbre, il fixa intensément son ami.

« Nous avons gagné cette bataille, inutile de s’acharner sur celui-là. »
« Il ne mérite pas de vivre ! Comment peux-tu vouloir le laisser vivre après tout ce qu’ils ont fait à nos frères et sœur ! Pousse-toi de mon chemin Xeny ! »
« Non. »
« Je vais ! »
« Tu ne vas rien faire du tout, laisses le… Korel, je ne te reconnais pas. »
« Arrête un peu Xen ! Ouvre les yeux bon sang, ils nous veulent du mal, ils veulent notre peau et ça depuis des années et toi, tu es prêt à les laisser en vie ? Pour qu’ils te plantent un couteau une fois que tu auras le dos tourné ?! C’est quoi ton problème à la fin ?! »
« Mon ami, je t’en prie… »

Le temps que Xen retienne son camarade, le Bahor avait réussi à trouver assez de ressources pour fuir le poulain déchainé. Ce dernier fut très en colère, il pesta toute sa rancœur sur le cerf, le traitant d’incapable et d’irresponsable. L’élégant Pokémon découvrit à contre cœur une nature sombre qu’il n’avait jamais vu chez son meilleur ami. Durant les jours qui suivirent, ils ne se parlèrent plus, ils ne continuèrent plus leurs entraînements ensembles… Xeny en fut très affecté.
Il se confia à son père, qui lui conseilla de laisser passer l’affaire, sa raison et son cœur sauront faire la part des choses avec le temps… L’adulte l’espérait sincèrement. Alors, il reprit l’entraînement solitairement. De temps à autre, il se confiait à la chapelle pour soulager son cœur et son âme auprès du Père. Peut-être qu’il pourrait l’aider à panser les plaies de son chagrin. Pendant des mois le cerf espérait revoir son ami, mais il n’en fut rien…


Malheureusement, un événement plus triste encore survint. Xeny avait 23 ans, il apprit la mort de la prêtresse Astrameldha… Ce fut un coup de poignard supplémentaire… Elle avait été une confidente, une nourrice, elle lui avait même sauvé la vie lorsqu’il était un nouveau-né. Xeny eut du mal à accepter qu’elle disparaisse, mais cela avait été la volonté du Père et il devait l’accepter. Depuis, chaque soir, il prie pour que l’étoile de la dragonne du Yang le guide. C’est dans cette triste période qu’il fit la rencontre de la fille de la défunte Reshiram, Astrallia, devenue la nouvelle prêtresse de la chapelle. Le cerf l’avait croisée quelques fois durant son enfance, une très gentille demoiselle, sage et avec de jolis yeux vairons. Ils n’avaient pas vraiment eu le temps de faire connaissance à l’époque, Xeny ne l(’)a voyait que lorsqu’il venait à la chapelle et encore, ce n’était pas tout le temps. Le cerf traitait la femelle avec un immense respect, tout comme sa mère à l’époque. Il appréciait aussi le fait qu’elle partageait une vision commune de ce que devrait être la vie entre Bahors et Celiz, bien que cette dernière avait une vue vraiment utopiste. C’était un souhait vraiment respectable et le cerf lui accordait son crédit, même s’il savait que tous les Celiz n'étaient pas du même avis. C’est grâce à ce genre de personnage que, peut être, les mentalités arriveraient à changer avec le temps.


25 ans. Une grande nouvelle se répandit le Panthéon, le Champion a décidé de remettre son titre en jeu, trop âgé pour continuer à porter cet honneur. Le grand tournoi du Panthéon allait ouvrir ses portes. Cette compétition proposée à tout Celiz comportant de multiples épreuves toutes plus dangereuse les unes que les autres, se terminant par un match en arène regroupant les 4 meilleurs participants. Seuls les plus vaillants et les plus courageux sont capables de réussir chacune des étapes pour accéder à la phase finale. Le rang accordé donne les honneurs du Celiz, il est reconnu comme le plus brave parmi les braves du Panthéon, celui qui les représente dans les batailles... Apprenant cela, Nostra le Deoxys en parla avec son fils, qu’il était temps pour lui de faire ses preuves, que c’était le moment de montrer tout son véritable potentiel. Xeny hésita et se confia à son père, il ne se sentait pas capable de relever un tel défi. Représenter ses frères et sœur était une belle chose, mais lui, il ne voulait pas de la guerre, il ne voulait pas être obligé de supporter toute la souffrance qui est infligéé aux Bahors. Se représenter en tant qu’ultime combattant du panthéon pour sublimer le trop-plein de supériorité dont se pavanent les Celiz depuis déjà bien trop longtemps ? Embellir leur égocentrisme n’était pas dans les aspirations du représentant de la vie.

Le changeur de forme ne dit rien pendant un moment, puis après un long silence…

« Tu as grandi… Xeny. Je me souviens du jour lorsque je t’ai recueilli, tout petit que tu étais, tu tenais dans un drap que je pouvais porter au creux de mes mains. »

Le cerf écouta les paroles de son paternel, interloqué. Il continua.

« Tu sais, ce n’est pas simplement par hasard si nos vies se sont croisées. Il y a beaucoup de choses que je ne t’ai pas dites, car je souhaitais attendre le moment pour te les révéler. Si je t’en avais parlé plus tôt, tu ne serais pas devenu ce que tu es aujourd’hui… Ton cœur est pure Xeny, sache-le. Il veille sur toi depuis toujours… Depuis… Qu’elle a accepté d’offrir sa vie… »

Xeny resta dans un mutisme total, l’atmosphère était lourde, chargée d’émotions. Le père continua.

« Tu n’es pas comme les autres, tu es spécial mon garçon. Tu as quelque chose au plus profond de toi qui te rend différent, tu as un don. Te souviens-tu lorsque nous allions à la chapelle et lorsque nous en sortions, nous faisions toujours un tour par le cimetière.
Tu me disais que tu voulais voir quelqu’un… »

« Car il se sentait seul et que ma compagnie lui faisait du bien, que j’étais le seul à pouvoir le voir, le comprendre… »
« Tu ressens des choses Xeny que nul autre ne peut ressentir, tu as toujours trouvé ça normal, n’est ce pas ? Et je ne t’ai jamais porté de jugement par rapport à cela. »
« … Oui et non, enfin… C’est vrai que tu ne m’as jamais jugé part rapport à ces histoires de gamins un peu à côté de la plaque. »
« Bien sûr, parce qu’il n’y avait rien d’anormal à cela. Tu as cette faculté de voir dans l’énergie stellaire, de voir au-delà, de ressentir ces restes d’énergies de nos camarades défunts. Tu ressens encore la vie, dans la mort… »
« Mais… C’est contraire à ce que je suis censé être… Ca voudrait dire que ces personnes que je vois, seraient encore vivantes ? »
« Pas tout à fait. Disons… Qu’elles n’ont pas encore envie de partir. Yveltal ne peut pas forcer les âmes des Celiz à vouloir rester encore un peu avec les leurs, tu ne crois pas ? Il ne recueille que ceux qui sont prêts à accepter leur destiné. Ou bien, ton opposé fait mal son travail, Ohoh ! »
« Père… »
« Je me fais vieux mon enfant. Moi aussi un jour, je serais rappelé par notre père et quand ce jour viendra, je pourrais partir le cœur léger, car je pourrais me dire que j’ai accompli mon devoir, celui de faire grandir l’enfant que j’ai aimé… Affronte l’adversité avec dignité et humilité, ta bonté est l’arme la plus puissante dont tu disposes, ta sagesse te guidera à travers l’obscurité et dans les pas de notre Père bien-aimé, tu marcheras, tu guideras nos frères vers la sainte lumière… Mais prends garde aux routes tortueuses que tu risques d’emprunter, car ce sera tourment et désespoir qui t’attendront au bout du chemin. Crois en tes convictions, mais surtout, en toi-même. »

Xeny ne savait quoi répondre, il se sentait vraiment mal, il regardait le sol, les yeux dans le vide, semblant être prit dans une profonde réflexion. Le Deoxys blanc comme neige s’approcha de lui, le tentacule de son bras droit se changea en main, il l’apposa sur le torse du cerf.

« Je sais qu’au fond de toi, tu as peur. Tu ne te sens pas digne et à la hauteur, mais tu as peur d’échouer, mais ce n’est pas grave car c’est dans les échecs que vient l’apprentissage. Souviens-toi lorsque tu étais enfant, tu as fait tes propres découvertes, tes propres expériences. »
« Oui… J’ai peur, vraiment. Je ne le montre jamais, mais j’ai vraiment peur, de cette vie que nous menons, de tous ces défis qui se dressent sur ma route, sur la route du Panthéon. Je… Je… J’ai peur d’échouer, car jusqu'à présent, tu as toujours été là pour me soutenir, me guider. Seul, je, je ne suis pas sûr d’y arriver… »
« Mais… Qui te dit. Que tu es seul ? »

Le Deoxys caressa doucement le torse de son fils, ils se regardèrent l’un et l’autre…

« Que tu gagnes où que tu perdes, ça ne changera rien pour moi. Je veux juste que tu crois en toi. Tu peux le faire. Donne tout ce que tu as, montre leur à tous, ce que signifie être un véritable
« Champion ». »

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
« MES FRÈRES ET MES SŒURS ! LA PHASE FINALE ! ACCUEILLEZ LES COMBATTANTS !!! »

La voix résonne dans le stade, les clameurs montent à l’unisson, le public est venu en nombre, les tribunes sont bondées. Les quatre adversaires entrent sur le terrain sous les acclamations du public en liesse. La tension monte, les cœurs palpitent, ils se placent tout d’abord au centre du terrain pour être exposés à la vue de tous. Un Sulfura aux flammes bleues et vertes, l’on entend son nom hurlé par une partie de la foule, Kaefssé, connu pour sa rapidité de déplacement et ses flammes destructrices. Un Registeel à la teinte chromée, les bras ballants, une clameur sourde se lève à l’appel de son nom, Galvanat, le favori pour cette compétition. Une résistance d’acier, tout comme son type, rien ne semblait pouvoir arrêter son ascension. Puis vint le tour des deux outsiders, ceux que l’on ne pensait pas qu’ils arriveraient jusqu’au bout des épreuves. Un petit poney qui en à a revendre, ses techniques originales l’ayant sorti maintes fois de mauvais pas, Korel ! Des applaudissements et des acclamations retentissent de part et d’autre de la foule, la fougue du type eau en épatait plus d’un. Et enfin, le candidat le plus calme de toute la compétition, faisant preuve d’un charisme à toute épreuve, survolant d’une façon déconcertante les défis présents sur sa route, Xeny le Xerneas chromatique. Les voix s’élevent en masse à l’accueil du nom du Celiz de la vie, beaucoup plus de demoiselles il semblerait. Le cerf avait su charmer la gente féminine…

Ils se placèrent chacun dans un coin du Colisée, ils se regardèrent en chiens de faïence à tour de rôle. À droite de Xeny, le golem, a sa gauche, le piaf et en face. Son ami… Depuis l’incident survenu avec le Bahor, ils ne se sont plus adressé la parole… On peut le voir dans le regard du poulain cette flamme de combativité spécialement adressée au cerf. Il est prêt à en découdre.

Le cor sonna le début de la bataille. Instantanément le Keldeo dévoila son aspect Décidé, la corne au sommet de son crâne s’allongea pour former une sorte d’épée torsadée, les poils roux de sa crinière prirent du volume. Il lança directement une attaque Aqua-Jet en utilisant ses sabots arrières pour se propulser en direction du Registeel. Le golem d’acier croisa les bras et fit briller son corps de métal, activant sa compétence « Mur de Fer », anticipant une potentiel attaque physique. Le Sulfura décolla, faisant voler la poussière par ses puissants battements d’ailes, son bec rougit et il libéra un puissant jet de flamme en direction de Xeny. Le cerf ne bougea pas d’un poil, son œil doré fixé sur le jet de flamme qui le toucha de plein fouet, le recouvrant complètement. Une volute de fumée épaisse enveloppa le Pokémon Fée… L’oiseau de flamme clama haut et fort que ce combat était bien trop facile, mais lorsque la fumée se dissipa, le type Fée était encore indemne, pas une égratignure, rien. Une barrière d’énergie brillante devant lui se dissipa lentement. Xeny avait anticipé l’action et préférait rester sur une approche plus défensive, utilisant une compétence « Abri » pour se protéger d’un premier assaut. Il resta impassible aux dires du Pokémon enflammé. Les premières acclamations retentirent dans le public.

Le cervidé commença à s’entourer d’une douce lumière, restant figé tel une statue, le regard fixé en direction du poulet volant. Il prépare quelque chose. L’oiseau lança un nouvel assaut, battant vigoureusement des ailes, il déploya des « Lames d’Air » qui balayèrent tout le terrain. Au même moment, alors que l’antique gardien d’acier encaissait les coups rageurs du poulain, il le dégageait en lui infligeant une énorme baffe. L’une des lames venteuses venait de déstabiliser le mousquetaire et Galvanat en avait profité pour saisir l’opportunité. Xeny essuya l’attaque sans broncher, des poils de son pelage furent arrachés par la force du vent qui lui tailladèrent un peu la peau. Il resta concentré tant bien que mal.
Plus haut dans le ciel…

« BATS TOI TYPE FEE DE PACOTILLE ! »

Hurla l’oiseau qui fonça en piqué sur Xeny. Soudain, la lumière qui entourait le cervidé libéra une énorme onde d’énergie, les bois habituellement charbon du chromatique s’illuminèrent et devinrent beige en même temps que la peau bleu foncé de son museau qui prit la même couleur que les bois. Des particules de couleurs élémentaires sortirent du sol et brillèrent de mille feux, imprégnant le Pokémon Existence. Il s’imprégna des forces même de la vie avec sa compétence « Géo-Contrôle », boostant drastiquement sa vivacité, mais aussi le plan mentale et physiologique de ce dernier. L’oiseau fut aveuglé par les éclats de photons et le cerf en profita pour baisser sa tête, mettant ses bois en avant, qui empalèrent presque la légende volcanique pour finalement le mettre à terre dans un vif mouvement de tête. Le volant glissa (sur?) le sol jusqu’aux bords des gradins.

« Ne jamais sous-estimer son adversaire. Relèves-toi !»

Ordonna Xeny à son opposant. Le piaf se releva et tourna lentement la tête, le regard mauvais.

Pendant ce temps, Korel menait la vie dure au Registeel. De part sa petite taille et sa vitesse surprenante, il enchaîne les attaques « Lame Sainte » et « Aqua-Jet», mais il se fatiguait vite, trop vite même. Le Registeel essuyait de pleins fouets les assauts de son adversaire. Il avait bien du mal à le suivre, mais dans un moment de précipitations, l’épéiste fit un faux-mouvement, Galvanat profita de cette ouverture pour charger son poing d’électricité et asséner un coup « Poing-Eclair » au type Eau qui se retrouva propulsé en arrière. Il effectua un roulé boulé sur le sol, mais arriva à se redresser grâce à l’agilité dont il était pourvu. Ses sabots raclèrent le sol pour le freiner, puis son arrière-train rencontra quelque chose… Le poulain se retrouva dos à dos avec son ami d’enfance. Il tourna légèrement l’œil pour regarder derrière lui, Xeny en avait fait de même. Ils échangèrent un regard. Korel soupira…

« Je pense qu’on a des choses à se dire. Alors écoute moi, tout ce que je veux, c’est pouvoir t’affronter, seul à seul. Mais, je suis un peu occupé là. »
« Je n’en doute pas. Moi aussi, j’ai un petit contretemps… »

Kaefssé, dans le ciel, dessine des cercles tel un vautour au-dessus d’une carcasse. Le Golem, un genou à terre, essaye de se remettre sur pied. Les deux Pokémon sont couverts de blessures, leurs adversaires ne leur font pas de cadeaux.

« J’espère que tu es prêt, ça va aller vite.»
« A tes aises camarade. Ce Sulfura reste à l’abri là-haut, je te propose qu’on se charge du titan d’acier en premier. »
Le Xerneas leva sa patte arrière droite, le Keldeo fit de même avec son sabot gauche.

« Il est bien entamé, mais il est coriace. J’ai une idée, hum… Bon je sais que la phrase est vraiment mal choisie, mais tu veux bien me faire confiance ? »
« Je t’ai toujours fait confiance… »

Dans un mouvement d’une synchronisation parfaite, le cerf prit appui sur ses pattes avants, puis il effectua une ruade tandis que le jeune poulain s’appuya sur les sabots de son camarade pour se propulser dans les airs. Sa corne brilla d’une aura orangé dévastatrice. Telle une bombe, il porta avec sa « Lame Ointe » un dernier coup d’estocade en plongeant… Le Golem para dans un ultime effort l’attaque en attrapant l’épée, ses mains jointes l’une contre l’autre. La force de l’impact souffla la poussière et les cailloux autour des deux Pokémon qui volèrent jusque dans le public. Xeny se retourna et chargea à pleine vitesse le golem et arrivé à sa hauteur, il lui assena de multiples frappes avec les lames de ses sabots dans une attaque « Tranche-Nuit ».
Les coups donnés étaient tellement violents qu’on entendait le métal dans un fracas abominable. Le golem perdit sa prise et s’écroula au sol.

Le public hurle à pleins poumons, il est rare de voir des combats s’allier. Certains huent le duo, d’autres l’acclament. C’est alors que les deux Pokémon essuyèrent une attaque « Nitro-Charge » du Sulfura, qui a profité de la distraction pour attaquer par surprise. Il reprit vite de l’altitude, laissant derrière lui une traînée de flamme.

« JE N’AURAIS QUE PLUS DE GLOIRE A VOUS METTRE AU TAPIS TOUS LES DEUX ! »

Il effectua un nouvel assaut, les deux compères se jetèrent sur le côté pour l’esquiver. Korel, prit appui sur ses pattes et effectua un bond grandiose et lança une attaque « Aqua-Jet » pour poursuivre l’oiseau dans le ciel. Xeny se concentra tout en suivant la course-poursuite du regard. Ses bois se mirent à s’entourer d’électricité. Lorsque l’oiseau passa juste au-dessus de lui, ce dernier se retrouva bloqué par une « Cage-Eclair », Korel arriva au même moment pour frapper ce qui le fit tomber au sol. Les trois Pokémon étaient à bout de souffle. Mais le Sulfura en avait encore à revendre. Dans un ultime effort, il hurla à pleins poumons.

« CONTEMPLEZ LA TOUTE-PUISSANCE DES FLAMMES DES VOLCANS !!! »

Les deux Pokémon, virent le légendaire s’enflammer littéralement, devenant incandescence.
En réponse, le petit poney commença à s’avancer et à s’agiter avec ses pattes, effectuant des petits mouvements comme s’il dansait. Des nuages commencèrent à se former au-dessus du stade.
C’est à ce moment qu’un symbole apparut en face de l’oiseau.

Xeny eut juste le temps de réaliser ce qu’il allait se produire. D’un coup, il se sentit moins vivace, le Géo-Contrôle se dissipait, et au pire moment. Il se dépêcha d’envoyer une attaque « Tonnerre » qui passa par-dessus le poulain pour toucher l’oiseau de pleins fouets, mais cela ne suffit pas pour l’arrêter. Alors qu’il essuya la décharge, on put l’entendre crier.

« FLAMME ULTIMES, PYRO EXPLOSION CATACLYSMIQUE !!!! »
« Korel ! »

La boule de feu partit comme un boulet de canon. Elle traversa le terrain et toucha le premier obstacle rencontré. Le cerf se jeta en avant du barrage de flamme qui explosa dans un fracas épouvantable. Un flash lumineux aveugla toute la populace durant plusieurs secondes, l’onde de chose fut telle qu’on l’entendit jusqu'à l’autre bout du Panthéon.
Une épaisse fumée noire cacha la visibilité du terrain… Les spectateurs restèrent sous le choc un bon moment. Qui aurait pu survivre à une telle attaque ? Ce n’était que maintenant que pluie commença à cracher ses larmes. Une partie de la fumée épaisse comme de l’encre se dissipa, lentement. L’on put apercevoir l’oiseau de feu,  ses flammes presque éteintes, allongé sur le sol, avait l’air d’être tombé dans le coma. Soudain, quelqu’un s’exclama de voir une lueur.

Un éclat blanc comme neige commence à se révéler à travers les volutes charbonneuses et peu à peu, l’on commença à distinguer les bois du cerf, certains s’étaient brisés par le souffle de l’explosion, on put voir son pelage en grande partie carbonisé, ainsi qu’une énorme marque sur son torse… Xeny avait un genou à terre, il respirait difficilement. Derrière lui, son ami le fixait, les yeux écarquillés, Korel n’avait rien si ce n’est quelques cendres qui lui rongeaient le poil dans sa crinière, malgré son type Eau. Un cratère béant se dessinait sur un bon tiers du stade.

Le poulain recula de quelques pas alors que Xeny commença à se relever difficilement. La lumière continuait de luire autour de lui, cette aura tellement étrange. Cette énergie nommée « Énergie Stellaire » lui avait permis d’encaisser non sans mal les dégâts, l’oiseau y avait mit toute sa puissance de frappe.

« Xe… Xen ? »
Balbutia le poulain. Xeny se retourna lentement et prit une grande inspiration.


« Ne t’inquiète pas pour moi… Maintenant que nous sommes tranquille… J’aimerais te poser une question… Pourquoi, veux-tu devenir champion ? »

La question fut tellement soudaine que le poulain mit quelques secondes avant de reprendre ses esprits, puis répondit spontanément.

« P-parce que je suis le meilleur combattant ! Je veux prouver que je suis à la hauteur pour vaincre nos ennemis et protéger les nôtres ! Je me suis entraîné des années pour arriver à ce niveau, je me suis jamais autant senti capable que de démolir les obstacles qui se dresseront sur ma route ! »
« … Donc pour toi, être le champion est seulement une question… De force ? »
« Exactement ! Car il n’y a que les plus forts qui peuvent se battre et protéger les leurs ! »
« … Je pense, que tu n’a pas véritablement saisi l’essence même, de ce que signifie être
« Un Champion. »

« Laisse moi rire, regarde toi, tu penses vraiment être à la hauteur de ce rôle ? Tu es fort, ça je n’en doute pas Xen, mais tu fais preuve de beaucoup trop de pitié. On détermine un champion par ses capacités de leader, par sa force et son courage qui est supérieur à celle des autres membres de son clan. Il s’est distingué parmi les plus forts ! »
« C’est bien là, que tu te trompes. »

L’aura autour du cerf s’intensifia, il regarda Korel droit dans les yeux, affichant un air à la fois serein et sérieux. Le public resta muet tandis que les deux Pokémon continuent d’échanger.

« Un vrai Champion est bien doté de toutes les compétences que tu as cité précédemment, mais pas seulement… C’est aussi celui qui est capable de représenter les membres de son groupe, pas seulement par sa force. Nous sommes des Pokémon de légendes, notre existence même est le souhait de notre Père. Il nous a délégué une mission, chacun d’entre nous est un symbole lié à cette planète même. Nous sommes des êtres nobles, mais, où est la noblesse lorsque celle-ci n’est utilisée que pour satisfaire l’ego d’être né(e) sous une meilleure étoile que son prochain ? Posséder de tels pouvoirs ne devrait pas gonfler notre orgueil, bien au contraire ! Sachant cela, nous devrions nous comporter comme de véritables êtres de légende, des êtres humbles, accomplissant la mission déléguée par le tout-puissant. »

Des murmures dans le public commencèrent à s’élever.

« Nous savons tous comment cette guerre a commencé, mais nous ne savons pas encore quand elle se terminera. Notre peuple a souffert, terriblement. Nous avons perdu beaucoup de nos semblables dans ce conflit que je juge, inutile et abjecte. Tout cela pour quoi ? Le pouvoir ?
Oui, les Bahors jalousent notre puissance, c’est pour cela que le divin a voulu équilibrer la balance, pourtant ça n’a pas suffit, les conflits ont continué(s) et le drame que ne connaissons est survenu… Oui, les Bahors ont tué beaucoup de Celiz, nous avons donc répliqué, nous sentant en danger imminent. Nous nous sommes reclus dans notre paradis imprenable qu’est le Panthéon, notre foyer. Le temps a passé et la haine et la colère n’a fait que croître dans chacun des deux camps… Posons-nous les bonnes questions. N’aurions-nous pas notre part de responsabilité dans tout ce désastre ? »

Xeny se fit silencieux quelques instants, laissant son regard dériver autour de lui, voyant ses frères et sœurs écouter. Certains semblaient captivés, d’autre le braquaient avec mépris… La lumière autour du cerf ne cessait pas de s’affaiblir, au contraire. Seul le son de la pluie venait enfin briser le silence pesant de l’arène.

« Les Celiz d’aujourd’hui, ne sont pas les Celiz d’hier ! Il est en de mêmes pour les Bahors ! Ils ne sont pas tout noir, comme nous ne sommes pas tout blanc(s) ! Ce n’est pas pour autant que je compte pardonner à ces derniers. Comme toi, ma motivation première est de protéger les miens, coûte que coûte, mais je saurais être celui qui sera capable de redorer un blason qui à déjà été trop terni par les événements du temps. Le tout puissant m’a donné l’inspiration pour arriver jusqu’ici afin que j’accomplisse ma destinée. Mais je ne pourrais accomplir cette tâche seul.
Vous tous ici présent ! Vous êtes l’avenir de notre espèce, vous êtes les porteurs des générations futures ! Quel monde voudriez-vous laisser aux enfants stellaires qui le fouleront après nous ? Nous pouvons changer les choses ! Je protégerais chacun d’entre vous au péril de mon existence ! Je donnerais ma vie pour accomplir le devoir qui m’a été délégué !»

Il se retourna d’un coup vers Korel, ses yeux brillant de mille éclats dorés.


« MON FRÈRE ! SI TU AS L’ÉTOFFE D’UN VÉRITABLE CHAMPION, AFFRONTES MOI AVEC HONNEUR ! RENDONS GRÂCE AU PÈRE ET PROUVONS QUE NOUS SOMMES DIGNES D’ÊTRE SES ENFANTS ! »

Les yeux de Xeny devinrent translucides, il se sentit encore plus imprégné d’une énergie nouvelle, il frappa avec l’un de ses sabots antérieur sur le sol et une onde de puissance s’échappa de son corps. Elle traversa le poulain, ses blessures disparurent comme ci elles n’avaient jamais existé. Une rafale de vent souffla d’une force incommensurable, la poussière du terrain vola dans tout le stade. Korel poussa un hurlement vengeur, sa lame brilla de nouveau et il fonça droit sur Xeny pour lui asséner un coup d’estocade. Ce dernier para l’attaque avec les lames de ses sabots comme une épée. Les échanges de coups entre les deux combattants faisaient rage, la foule avait les yeux exorbités devant un tel spectacle. Les sabots des adversaires cognaient avec une telle intensité que leur son résonnait dans tout l’arène. Korel, exécuta un salto arrière et utilisa une puissante attaque « Hydrocanon » dans la direction du cerf, le jet d’eau permis au mousquetaire de prendre de la distance. Xeny galopa pour esquiver le torrent aquatique, fonçant sur le poulain pour tenter le percuter, tête en avant, avec une attaque « Méga-Corne ».

Korel enchaîna avec un « Aqua-Jet », combiné à une « Lame Ointe », l’épée imprégnée d’énergie en avant et se jeta sur le chromatique. Les cornes des deux combattants s’entrechoquèrent. Korel augmenta la puissance du jet d’eau dans ses pattes arrière pour résister à la charge Xeny. Le combat semble être sans fin. Le tonnerre gronde dans le ciel, la pluie continue de s’abattre avec violence sur le stade.

Soudain, le cerf donna un violent coup de tête pour dégager le poulain vers les cieux et lança une attaque « Pouvoir Lunaire ». L’orbe rosâtre imprégné des forces de la lune apparu au-dessus du stade et alla percuter le cheval encore dans les airs qui alla s’écraser vers le sol. Au dernier moment, il réussit à prendre appui sur l’une de ses pattes pour absorber une partie du choc, son type combat lui confèrait une agilité digne des meilleurs. Il se redressa vivement et hurla à pleins poumons.

« JE N’AI PAS DIT MON DERNIER MOT ! XEEENNNN ! »

Il ouvrit la gueule et un énorme rayon photonique s’échappa, traversant le stade à une vitesse folle.

« KOREEELLLLL !! »

Le Xerneas en fit de même et ils déversèrent avec puissance l’ultime attaque « Ultralaser ».
Les deux tirs se percutèrent, ils restèrent à la même hauteur pendant un bref moment, mais le poney faiblit, de plus en plus. Le tir du cerf grignotait encore et encore un peu plus de terrain. Les deux Pokémons ne voulaient pas faiblir, pourtant à la fin de ce combat, il ne pouvait y rester qu’un seul vainqueur. Xeny amplifia le rayon, une nouvelle vague vint s’ajouter par-dessus la première, cette fois, l’attaque du Keldeo ne fit pas le poids, le rayon d’énergie le traversa et vient exploser contre l’une des parois du stade…

Les nuages se dissipèrent lentement, le vent se calma, la poussière retomba sur un colisée presque dévasté. La lumière entourant Xeny se dissipa progressivement. L’annonceur balbutia l’avènement du nouveau champion… Qui s’écroula sur le sol, à bout de souffle, il perdit connaissance…

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

C’est au bout de quelques jours que le Pokémon Existence émergea de son sommeil. À son réveil, on lui expliqua ce qui s’était passé étrangement, le cerf n’en gardait que de brefs fragments flous et surtout un sacré mal de crâne. Il voulut bouger, mais son corps répondit avec difficultés. Il était encore trop faible pour pouvoir sortir. On lui apprit aussi que le Keldeo ne s’était pas encore réveillé. Xeny fut pris d’un énorme sentiment de panique. Malgré les tentatives désespérées des soigneurs pour stopper le géant, il parvint à se rendre dans la chambre de son ami. Arrivé dans cette dernière, il manqua de s’écrouler sur le sol. Le cœur battant, il découvrit le corps de celui-ci dans un sale état. Un frisson parcourut l’échine du chromatique et les larmes coulèrent le long de son visage. Il s’en voulait terriblement d’avoir infligé telle punition à son camarade de toujours.
Les lamentations du cerf eurent pour effet d’éveiller le mousquetaire.

« Humpf… Où… Où suis-je ? Xen… ? »

Xeny fut tellement soulagé de voir Korel se réveiller, il se mit à lui parler à voix basse.

« Oui, c’est moi… Comment te sens-tu ? »
« … La vague impression, de m’être fait aplatir… »

Il prit une inspiration.

« Par un gros lard… De 200 kilos… »
« Héhé, tu n’as pas perdu ton humour. Heureux que tu ailles bien. »
« A qui… Le dis-tu… »

Ils restèrent silencieux durant quelques secondes. Le cerf tourna son regard vers les soigneurs, leur faisant comprendre qu’ils souhaiteraient être seuls. Ils disposèrent, au besoin, ils ne seraient pas loin. Xeny soupira.

« Pardonne moi Korel, je ne voulais pas te faire autant de mal. »
« A-Arrête de t’excuser, pour un rien… S’il te plaît… »

Korel détourna le regard de celui de Xeny, son visage afficha un air grave…

« Je suis désolé… »
« Pourquoi ? »
« J’aurais voulu t’en parler… Plus tôt. »
Il toussa un peu fort. Visiblement, son état est assez grave.

« Doucement, prends ton temps. »
« Je… Oui vraiment… Je te dois des excuses… Je n’ai jamais voulu, que nous en arrivions là… »
« Depuis l’incident avec le Bahor, je pensais que j’aurais pu te revoir... Plus tôt… Je t’en voulais un peu pour ça... Que tu le défendes. J’en ai parlé à… À mon père, le soir même… Il était… Il s’est mis… Dans une colère noire, me traitant d’incapable… Que j’aurais du… Le tuer…
Que j’étais un fils indigne… Je… Je suis tellement désolé… Xen… »

Xen écouta son vieil ami, intrigué.

« Ca m’a tourmenté, durant des mois, et des mois. Je pensais que ça… Ca serait passé. Mais à partir de ce moment… Mon père à été obnubilé que par… Une chose… Que je m’entraîne, pour pouvoir vaincre ceux d’en bas… Nuit, jour, durant des années… Il ne portait plus son attention que sur mon entraînement… Je ne pouvais pas m’absenter un instant… Durant 7 ans… J’ai vécu un enfer… Je voulais te revoir, mais il me l’interdisait… Je suis tellement désolé… Sniff… »

Le poulain commença à sangloter, il en avait lourd sur la conscience, il avait gardé tout ça pour lui durant toute ses années. Voir son ami dans un tel état, retenant ses larmes, brisa le cœur du Pokémon Fée. Doucement, il posa son museau contre le cou de son camarade et lui parla avec une voix pleine de douceur.

« Ca va aller petit frère, je suis là, tout ira bien. Ce n’est pas ta faute… »
« Xen… Après tout ce qui s’est passé… Comment fais-tu…
Pour me considérer encore, comme un frère… »

Le cerf caressa doucement la joue du poulain avec le bout de son museau.

« Tu as toujours été un frère pour moi. Même après cet incident. Si les frères peuvent se disputer, ils savent aussi se pardonner l’un et l’autre. Maintenant que je sais la vérité, je n’ai aucune raison de t’en vouloir… »

Le mousquetaire resta silencieux, ses yeux humides par les larmes. Ils restèrent un moment, collés l’un à l’autre.

« Ca fait… Du bien… De te revoir. Sincèrement. »
« Moi aussi, je suis heureux d’être avec toi, Koko. »
« … Mais du coup… Qui, qui a gagné ? »

Xeny leva doucement la tête, ferma les yeux et sourit à son ami.

« Il n’y pas eu, qu’un seul vainqueur. Repose-toi, tu as besoin de reprendre des forces. »

C’est sur ces mots que le cerf sortit de la chambre…

~En revenant chez lui, Xeny trouva une lettre de son père, Nostra. On ne vit plus jamais le Deoxys blanc depuis ce jour. ~


Aujourd’hui encore, la situation est des plus tendus entre les Celiz et les Bahors. Les combats continuent de faire rage aux portes des cieux. Même si Mars le Groudon, actuel chef du Panthéon, tente de trouver des terrains d’entente, le conflit ne cesse pas pour autant… Investi par une force qui dépasse son entendement, le représentant des Celiz chemine entre les champs de bataille et les forêts paisibles, suivant les sentiers éclairés par son Père, dans l’espoir que les deux mondes déchirés puissent, un jour, trouver la voie de la liberté.


Derrière l'écran

Âge : Autant que la planète elle même.
Pseudo(s) : Dragon Ahpla, Stekpa, Angie
Code du règlement : Validé par Leō aux plumes d’acier car il veut se la péter.
Comment nous as-tu découvert ? : Grâce à une bonne amie ~.
Commentaires, questions : Epicness Incoming !

Code par Heaven sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 29
Date d'inscription : 24/10/2017
Age : 16
Localisation : Quelque part
Who am i !

Feuille de personnage
Infos:

Je marche dans ses pas, guidé par sa sainte lumière.

MessageSujet: Re: Je marche dans ses pas, guidé par sa sainte lumière. Jeu 9 Nov - 20:40
yo l'vieu, alors c'est toi l'coureur des bois ? Bon bah j'vien pour dire bienvenue. J'espère que t'es pas trop du bois d'justice et que t'as pas la langue de bois. Mais bon aller ch'te laisse maintenant. Je touche du bois pour espérer pas te retrouver au détour d'un bois avec la langue de bois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 70
Date d'inscription : 08/10/2017
Localisation : Partout et nulle part
Dieu
Who am i !

Feuille de personnage
Infos:

Je marche dans ses pas, guidé par sa sainte lumière.

MessageSujet: Re: Je marche dans ses pas, guidé par sa sainte lumière. Jeu 9 Nov - 21:14
Bienvenue mon Enfant,

Je suis heureuse de voir que le rôle de Champion des Celyz te revient. Que tes bois deviennent des lances pour la justice et la paix.

Sur ce, je valide ta fiche (longue) !
Bon jeu, et vis ta vie petite étoile. L'avenir t'appartient !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Who am i !

Je marche dans ses pas, guidé par sa sainte lumière.

MessageSujet: Re: Je marche dans ses pas, guidé par sa sainte lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [RESOLU] Plus de son dans les ecouteur
» Petite marche dans la neige
» A lire pour comprendre comment ça marche !
» Combien de sortes en supermarché ???
» Adobe flash Player

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Stellaris Majores :: Le Ciel Étoilé :: Les Étoiles :: Les étoiles brillantes-