Stellaris Majores
Bienvenue sur SM !

Petite étoile, ne vas pas plus loin, ta place est ici parmi nous ~



 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

avatar
Messages : 58
Points Stellaire : 80
Date d'inscription : 25/10/2017
Age : 17
Localisation : Siège du Panthéon.
Who am i !

Feuille de personnage
Infos:

Conseil Avisé - [Astrallia]

MessageSujet: Conseil Avisé - [Astrallia] Dim 19 Nov - 17:20
Le colosse des continents marchait en silence, silence bien contrasté par le bruit réverbéré de ses pas lourds et menaçants. La discrétion n'était pas l'une de ses compétences phare. Faisant partie de l'espèce Pokémon la plus lourde qui existait, c'était même impossible pour lui de se déplacer sans un bruit. Et pourtant, il tentait de faire de son mieux. Son allure mesurée claquait en rythme sur le sol de marbre, créant une espèce de battement musical harmonieux. Le tambour de la Puissance résonnait dans ce lieu sacré, ajoutant un semblant de vie et de vigueur.

Mars n'aimait pas vraiment cette règle immuable qui rendait ce lieu abstenu de tous sons parasites. Pour beaucoup, il s'agissait d'une marque de respect envers le Père. Mais pour le Groudon, il n'entendait que l'absence de vie, ce qui était dérangeant. Oh bien sûr, le chef du Conseil était croyant, comme tous ses confrères. Seulement, lui préférait s'intéresser à la communauté présente et aux problèmes d'actualité plutôt que de vénérer religieusement un être intangible et invisible. La méditation, le recueillement ? Très peu pour le noir. Bien sûr, il allait prier de temps en temps, c'était normal. Mais ce qui comptait le plus à ses yeux violets, c'était les actions physiques, les actions qui avaient un véritable impact immédiat.

Si le bipède s'était rendu dans la Chapelle aujourd'hui, c'était pour une occasion assez spéciale. Mars aimait garder un œil sur un peu tout et tout le monde, pour s'assurer du bon fonctionnement du Panthéon. Particulièrement avec ses conseillers, avec qui il s'entretenait régulièrement afin de garder un contact fort et fraternel. Ce matin-là, le titan du magma souhaitait rendre visite à l'un des personnages les plus importants du pays. Un personnage sans qui la survie du domaine des Celyz ne pourrait être garantie. Le Groudon pensait bel et bien à la prêtresse attitrée du Panthéon, Astrallia la Reshiram.

A cette heure-ci, le Haut Conseiller espérait la trouver seule pour la prendre en aparté. En effet, un problème de grande importance pesait sur la conscience du sombre Pokémon depuis plusieurs jours déjà. N'y trouvant aucune solution satisfaisante, Mars s'était décidé à aller demander conseil à une personne de confiance, laquelle se trouvait être la douce Astrallia. Le Groudon était bien au courant de l'avis personnel de la dame blanche sur le conflit entre les Celyz et les Bahors, et c'était justement pour cela qu'il tenait à lui rendre visite, à elle et pas à un autre. Il espérait trouver une issue pacifique au problème qui le taraudait, et quoi de mieux que de se confier à l'un de ses conseillers les plus altruistes ?

Tandis qu'il descendait lentement le long couloir solennel, son esprit se mit à divaguer. Il avait beau se creuser la cervelle, rien ne venait à l'esprit du colosse. A retourner le problème dans tous les sens, il n'avait récolté qu'une sévère migraine. Contrairement à ce que beaucoup de ses camarades pensaient, le chef du Panthéon n'était pas une bête assoiffée de combat et nourrissant une haine prononcée pour les Pokémon inférieurs. Bon, c'est vrai qu'il ne les appréciaient pas vraiment, mais cela ne justifiait pas de les réprimer dans le feu et dans le sang. Lui aussi avait un coeur, et comprenait les envies du bas peuple. Mais voilà, Arceus les avait formé plus faibles et plus nombreux, les Bahors n'avaient donc aucune raison valable d'essayer de changer de force leur nature profonde. Et pourtant, certains essayaient d'aller à l'encontre de la volonté du Père Fondateur, sans compter le fait qu'ils menaçaient également les autres légendaires, et c'était exactement cela que le Groudon noir ne pouvait pas tolérer.

Mais tous les Bahors n'étaient pas aussi belliqueux et avares de puissance, alors Mars essayait d'en tenir compte dans ces décisions. Causer de la souffrance inutilement n'aiderait pas à faire avancer les choses, ou alors cela ne ferait que de les empirer. Malheureusement, rares étaient les Celyz pour qui cet aspect du conflit était important. Et parfois, le chef devait se plier à la majorité, sans quoi il perdrait de sa crédibilité auprès de son Conseil. D'ailleurs, une réunion était prévue dans l'après-midi, et le Groudon voulait éviter que cela ne tourne au bain de sang. C'était cette raison qui l'avait mené sur le seuil de la salle des Constellations. Le mâle avait l'intuition d'y trouver la Reshiram.

Il poussa lentement la porte de pierre qui grinça longuement dans ses gonds. Le titan reconnut sans mal Astrallia, même de dos. Cependant, il n'avait pas prévu que deux autres Celyz seraient présents, sûrement en train d'attendre leur futur enfant. La Raikou et le Fulguris se tournèrent vers Mars, l'oeil dubitatif mais certainement exaspéré. Le Groudon opina du chef, les saluant silencieusement. Il était de toute façon trop tard pour le géant de faire demi-tour, il s'invita alors dans la pièce, tâchant de faire le moins de bruit possible. Astrallia semblait réellement concentrée dans sa prière (peut-être même ne l'avait-elle pas entendu entrer ?), aussi le dirigeant se tint à l'écart du groupe, se faisant petit. Il allait attendre la fin de la cérémonie pour lui parler.

En attendant, le titan allait s'intéresser de près au travail de la prêtresse. Ce serait l'occasion d'évaluer la Reshiram, même si Mars ne doutait aucunement en ses capacités...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 129
Points Stellaire : 308
Date d'inscription : 09/10/2017
Age : 21
Localisation : Shrine
Who am i !

Feuille de personnage
Infos:

Conseil Avisé - [Astrallia]

MessageSujet: Re: Conseil Avisé - [Astrallia] Lun 11 Déc - 18:45
Une nouvelle fois, Astrallia se leva avant même l’aurore. Elle en avait l’habitude car la tâche de travail qui l’attendait chaque jour était colossale. Mais bien sûr, la belle prêtresse ne se plaignait pas et elle n’en avait pas le droit. Etant la plus proche d’Arceus, le Père, au Panthéon, c’était son devoir et elle en était honorée. La Reshiram commençait toujours ses matinées dans la bonne humeur et espérait que ses actions quotidiennes rendraient le monde meilleur. Elle rêvait de paix et de douceur, pour tous, Celyz ainsi que Bahors. Le Parternel n’avait jamais voulu une guerre et il fallait tout faire pour éviter d’aggraver cette dernière. Mais la dragonne devait bien s’avouer à elle-même que les beaux jours étaient encore loin devant elle… Les Pokémon légendaires étaient beaucoup trop orgueilleux pour changer radicalement d’opinion sur les autres créatures qui peuplaient la planète. L’espoir était toujours présent cependant, il fallait y croire.

La femelle se dirigea vers la salle de purification, comme toujours. C’était un rituel à effectuer pour être digne du rang de prêtresse. Après tout, elle ne pouvait se permettre de souiller de ses pattes les étoiles qu’elle toucherait. Astrallia suivait un programme très strict qu’elle s’infligeait elle-même. Personne n’avait voulu que chaque matin, la Reshiram prenne un bain purifiant mais c’était son souhait. Sa mère le faisait et la dragonne voulait être digne de cette dernière et pour rien au monde elle ne changerait d’avis. La prêtresse blanche comme neige arriva donc à destination et se prépara. Elle pénétra ensuite doucement dans l’eau cristalline qui émit des ondes à son arrivée. La Celyz ressentait le froid du liquide vital s’engouffré entre ses plumes mais elle ne frissonna pas. Il fallait une volonté de fer pour cela.

Astrallia accola ensuite ses pattes entre elles et ferma ses yeux bicolores. Elle resta immobile pendant de longues minutes, priant de tout son cœur le Père. Lui rendant grâce et le vénérant… Une fois cela réalisé, il était temps de passer à la suite. Suite qui était la messe qui avait lieu tous les matins mais qui n’était pas obligatoire pour ses consœurs et confrères. Seuls les volontaires venaient et le nombre était variable jour après jour. La dragonne y purifia deux légendes un peu perdues et puis la cérémonie se termina dans le calme. La Reshiram rangea ensuite les objets utilisés pendant la messe et regagna la salle de préparation. Elle observa le portrait qui trônait dans la pièce, l’enveloppant d’une douceur permanente. Dame Astrameldha, feu sa mère. Ses yeux se fermèrent par respect puis la femelle attrapa l’ornement qui était sur sa tête pour le mettre entre ses petites pattes griffues.

Cette sorte de couronne était celle de sa maternelle, celle qui lui avait tout apprit. Parfois, Astrallia était prise d’une mélancolie mal maitrisée. La prêtresse devait se faire violence pour ne pas verser une larme. Astrameldha fut une Celyz d’une gentillesse inégalable et d’une sagesse hors pair. Sa fille était-elle à la hauteur des attentes du peuple légendaire ? Mais la Reshiram n’avait pas le temps pour plus d’introspection car on frappa à la porte de la petite pièce. Intriguée, la dragonne se déplaça jusqu’à l’entrée pour ouvrir au visiteur. Elle tomba sur un Mewtwo gracieux, l’un des moines les plus fidèles du temple. Il salua avec respect la prêtresse de la Réalité.

« Salutations Dame Astrallia. Je suis navré de vous interrompre mais un couple citoyen souhaiterait s’entretenir avec vous. »

La Reshiram posa ses doux yeux sur l’autre Pokémon avec un discret sourire aux babines.

« Mecaius, mon frère, je vous salue. Je vous remercie pour votre message, je m’en vais de ce pas les accueillir. »

Le type Combat fit une courte révérence avant de s’éclipser à la hâte, il avait certainement des choses importantes à faire. La Reshiram aux yeux vairons quitta son lieu de repos et rejoignit la salle commune. Là, elle vit effectivement deux Celyz qui avaient l’air un peu excités et perdus à la fois. Deux Pokémon foudre, une Raikou et un Fulguris. Ils étaient adorables.

La prêtresse s’approcha d’eux humblement et les salua selon la convenance. Ils en firent de même avant de prendre la parole.

« Dame Astrallia ! Merci d’être venue. Voilà, avec mon mari, nous avons pris notre décision… »


« D’avoir un enfant ! » Termina le génie.

Astrallia fut quelque peu secouée par la déclaration. Ce n’était pas comme cela qu’il fallait s’y prendre pour la naissance d’une étoile mais… Elle ne pouvait tout simplement pas renvoyer ce duo.

« Je vois… C’est une requête assez subite, je vais d’abord voir si cela est possible. D’ordinaire, nos citoyens viennent en avance pour déterminer d’une date de naissance… »

La Raikou parut très déçue alors la dragonne s’empressa d’ajouter quelque chose :

« M-mais ne vous en faites pas ! Si tel est votre souhait, je vais essayer de trouver une alternative. Suivez-moi s’il-vous-plait. »

Ainsi, la belle dame ouvrit la marche, suivit de près par le jeune couple électrique. La femelle blanche se dirigea jusqu’à l’autel et demanda aux Celyz d’attendre ici. Elle alla ensuite chercher une carte des étoiles dans sa loge avant de revenir auprès du couple. Astrallia déroula ensuite le tissu et l’observa avec attention.

« Cette carte me permet de dater les naissances de nos nouveau-nés. Bien souvent, nous ratons plusieurs occasions mais cela est dû au fait que personne ne vient en faire la demande. Il serait malvenu de faire naître un enfant pour qu’il ne trouve pas de famille, vous ne trouvez pas ? »

La Reshiram se tourna vers les deux Pokémon qui acquiescèrent avec empressement. Ils avaient l’air encore un peu perdus… Peut-être qu’ils ne comprenaient pas trop les paroles de la prêtresse. Cette dernière paniqua un peu intérieurement, et si elle était en train de les ennuyer ? Et puis elle repensa ensuite à Vulkain, le Entei de la prophétie… Lui n’avait pas été désiré et pourtant… Mais la femelle pure se reprit bien vite pour continuer son travail. Elle se déplaça jusqu’à une poignée qu’elle enclencha et au plafond de la chapelle, un trou s’ouvrit laissant pénétrer la lumière du  Soleil. Ces photons firent briller la carte des étoiles, ce qui valut des bruits d’admiration de la part du Fulguris et de la Raikou.

« Donc… Je vais voir si une étoile serait prête à naître parmi nous… Oh ! Pardonnez mon exclamation mais j’ai trouvé. Vous avez beaucoup de chance. Dans un quart d’heure, nous pourrons prier pour votre enfant. Est-ce bien ce que vous désirez ? »

Les futurs parents répondirent avec empressement et joie par l’affirmative.

« Bien… Je vais préparer la cérémonie pendant ce temps. La salle des Constellations est juste sur votre gauche. Prenez-y place je vous prie. »

Une fois tout cela fait, Astrallia se plaça dans la salle en question. Ici régnait la pénombre et seule la lumière des étoiles au plafond permettaient d’y voir plus ou moins clair. Il n’y avait aucun bruit ici, mise à part les chuchotements des deux Pokémon impatients. Puis tout à coup, un scintillement attira les regards et la cérémonie put commencer. La Reshiram commença sa prière adressait au Ciel, à Arceus, aux étoiles. Elle parlait une langue incompréhensible pour les non-initiés et qui était difficile d’apprentissage. Tandis qu’elle effectuait son travail, la porte de la salle s’ouvrit. Un Groudon noir comme le jais entra dans la pièce, quelque peu gêné. Il se plaça dans un coin le temps  que tout soit terminé mais la prêtresse ne le remarqua pas. La Raikou et son mari furent surpris mais ils reprirent ensuite attention sur la constellation de leur enfant.

Quelques minutes après, quelque chose brilla très fort et la pièce fut illuminée. L’orbe blanc descendit ensuite vers l’autel qui servait à accueillir les nouveau-nés et perdit en intensité. Une fois la lumière évaporée, une petite bouille de légendaire laissa pointer son nez. Il s’agissait d’un jeune Raikou en pleine forme. Sa mère en fut ravie, et son père également ! Astrallia enroba l’enfant dans de la soie et le porta dans ses bras avec délicatesse. Elle remarqua alors la présence du titan de la Terre et le salua rapidement.

« Voici votre enfant… » Dit-elle avec respect.

« Il est trop mignon ! Merci, merci ! »

La Reshiram fit signe à la maman excitée de se calmer un peu. Après tout, ils étaient dans un lieu saint.

« Je dois m’assurer que tout va bien avec lui. Je vous rapporte votre précieuse étoile juste après cela. Merci de patienter. »


Avec un sourire, la dragonne de feu quitta le couple pour entrer dans une pièce étroite au fond de la salle. Les nouveaux parents ne firent même pas attention au Groudon et attendaient. Un peu après, la prêtresse réapparue avec le bébé Raikou dans les pattes.

« Le voici. Avez-vous réfléchit à son nom ? »

« Zeus ! Un nom puissant pour un petit qui le sera tout autant. »
Dirent-ils en cœur.

« Très bien. » Répondit avec un sourire la dame plumeuse.

Elle donna ensuite leur enfant au couple qui, après des remerciements et des salutations, disparurent. Astrallia pouvait maintenant consacrer du temps à son collègue. Mais pas ici.

« Salutations à vous, cher Mars. Nous pouvons discuter dans la salle principale si vous le voulez bien. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 58
Points Stellaire : 80
Date d'inscription : 25/10/2017
Age : 17
Localisation : Siège du Panthéon.
Who am i !

Feuille de personnage
Infos:

Conseil Avisé - [Astrallia]

MessageSujet: Re: Conseil Avisé - [Astrallia] Mer 3 Jan - 23:56
Le Groudon charbonneux se tenait à l'écart de l'action. Il n'était que simple spectateur d'une cérémonie qui ne relevait décemment pas de ses compétences. Mars avait pleinement conscience que son arrivée inopportune devait être mal vue par le couple Electrik et la prêtresse immaculée. Le titan espérait juste que son irruption n'ait pas chamboulé le déroulement de la naissance d'un Celyz. Son empressement le perdra un jour. Oh, il n'était pas bête le colosse. Mais disons qu'il avait vite tendance à perdre patience. Après avoir remué son cerveau dans tous les sens, il n'était toujours pas arrivé à une conclusion satisfaisante pour le problème qui le taraudait. C'était pour cette raison qu'il était venu quérir l'aide de la sage dragonne, bien qu'il s'y soit pris au mauvais moment.

Reculé dans un coin de la pièce, Mars observait le travail d'Astrallia avec minutie. Ce n'était pas la première fois qu'il assistait à ce genre de cérémonie, mais toujours venant de la part de la mère de la jeune Reshiram, Astrameldha, qui est aujourd'hui éteinte. On pouvait donc dire que l'être du magma n'avait jamais vu sa conseillère à l'oeuvre. Jusqu'à maintenant, il n'avait pas eu besoin de s'inquiéter de savoir si Astrallia remplissait correctement son devoir. Mars savait que la dame de plume suivait exactement le même chemin que sa mère, aussi dévouée l'une que l'autre. C'était peut-être un peu égoïste de sa part. Le bipède noir avait manqué d'implication auprès de la dragonne blanche, mais c'était tout simplement parce qu'il lui faisait confiance. Et Mars savait que la prêtresse était assez intelligente pour le comprendre.

Mais voilà, le chef du Panthéon reconnaissait quand même d'avoir passé moins de temps auprès de la fille que de la mère. Il se promit de mettre cette constatation attristante dans un coin de sa tête pour pouvoir y remédier plus tard. La bonne nouvelle, c'est qu'au moins le Groudon s'apprêtait à converser avec Astrallia pour un petit moment, si celle-ci acceptait évidemment. Cette perspective encourageante lui redonna un peu le sourire, bien que personne ne pouvait s'en rendre compte. Mars faisait attention à rester un leader accessible pour n'importe qui, et surtout pour ses collègues. Et pourtant, il avait l'impression qu'Astrallia ne le sollicitait jamais, pour quelque raison que ce soit. Cela semblait dire que la Reshiram n'avait besoin de rien de sa part, et que cela ne freinait en rien leur relation cordiale. Mais quelque chose chez le Groudon lui disait que si elle ne demandait rien, c'était peut-être parce qu'elle n'osait pas. Et cela, ça le dérangeait.

Mars décida de modifier son plan initial pendant que la constellation des Celyz scintilla de mille feux. Il observa d'un œil distrait le spectacle, et réfléchit à ce qu'il allait faire, ou plutôt dire en premier. Le temps que le colosse mette toutes des idées en place, un bébé Raikou venait de rejoindre la terre nuageuse du Panthéon. Le bipède noir de jais entendit les cris de joie des deux parents sans y prêter attention. La cérémonie s'était apparemment déroulée à merveille, et le monstre du magma en ressentit de la fierté. De la fierté pour son peuple qui continuait de se renforcer jour après jour. De la fierté pour cette naissance, qui déclamait une nouvelle fois le temps de la paix plus que celui de la guerre. De la fierté pour être entouré de collaborateur aussi compétent qu'Astrallia. Franchement, qu'est-ce qu'il pouvait demander de plus ?

Ah oui, une réponse. C'est vrai qu'avec son esprit tournant à plein régime, Mars en avait presque oublié son dilemme. Mais d'un seul coup, cet obstacle qui lui avait semblé insurmontable quelques jours auparavant venait de perdre en intensité, jusqu'à ne devenir presque que le cadet de ses soucis. Le Groudon noir savait pertinemment qu'avec le conseil avisé de la Reshiram, ils arriveraient à trouver une solution. Alors pourquoi se ronger le sang ainsi ? C'était ainsi, et le colosse n'y pouvait rien. Finalement, il était bien heureux de s'être trouvé au mauvais endroit au mauvais moment (enfin plus pour la prêtresse et le couple que pour lui-même), cela lui avait permis de refaire le compte sur ses pensées. Et de savoir quoi faire pour la suite.

Aussi, quand Astrallia le salua et l'invita à passer dans la salle principale de l'édifice, le Groudon de charbon était prêt à se lancer à l'eau.

« Bien le bonjour, Astrallia. J'espère ne pas vous avoir dérangé dans votre travail. Mais j'ai une requête urgente à vous soumettre. » dit-il tout en sortant de la pièce.

Les deux légendaires se trouvaient à présent dans le couloir. Le chef du Conseil attendit que sa collègue lui montre le chemin avant de continuer.

« Evidemment, vos devoirs sont à privilégier avant mes préoccupations, alors je préfère savoir que vous êtes disponible pour un bout de temps, car cette affaire qui me tourmente devrait demander maintes réflexions. » expliqua Mars d'un ton un peu las, comme cela l'ennuyait de passer par la politesse plutôt que de sauter directement au coeur du problème. Mais bon, il ne voulait pas paraître brusque.

« Qu'en dites-vous… Accepteriez-vous de m'aider ? » demanda le titan en se tournant vers la Reshiram, impatient de commencer cet entretien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 129
Points Stellaire : 308
Date d'inscription : 09/10/2017
Age : 21
Localisation : Shrine
Who am i !

Feuille de personnage
Infos:

Conseil Avisé - [Astrallia]

MessageSujet: Re: Conseil Avisé - [Astrallia] Dim 7 Jan - 16:41
Après que le titan du magma fut entré dans la salle principale, Astrallia en fit de même. Tandis qu’ils marchaient quelque peu, la femelle ne put s’empêché d’imaginer la raison de la présence du commandant du Panthéon. Avait-il des doutes quant à sa prêtresse ? N’était-elle donc pas à la hauteur de sa défunte mère ? Des questions se bousculaient déjà dans le crâne de la blanche dragonne qui n’appréciait pas tellement la visite. Non pas qu’elle n’aimait pas Mars le Groudon, loin de là. Simplement… Ce grand Celyz ne se déplaçait pas souvent dans la chapelle, il avait bien d’autre chose à faire. Enfin, dans tous les cas, Astrallia ne pouvait que se fier aux paroles du dirigeant pour en savoir plus. Elle plaça son regard sur la gauche du titan, ne le fixant pas directement pour le moment. Après une brève mais efficace salutation, le Groudon de charbon déballa la situation. Il commença par lui demander si elle avait le temps nécessaire pour régler la requête... Cela n’était pas très rassurant ! Si Mars en personne venait la voir pour une affaire urgente et aussi importante, alors cela n’allait pas être de tout repos… Toutefois, la Reshiram ne pouvait pas lui dire non. C’était impossible. Sa bonté et son altruisme étaient connus de tout le Panthéon. Un Pokémon aussi aimable et conciliant ne pouvait pas reculer face au problème d’une connaissance.

La prêtresse immaculée répondit dans un premier temps par un petit hochement de tête. Ses yeux rencontrèrent ensuite ceux du continent ambulant. Elle ouvrit ensuite la gueule, essayant de cacher sa crainte :

« Mars, mon bon Mars… Que peut bien, sur notre Terre, vous préoccupez ainsi ? »

Astrallia avait de la peine dans le regard ainsi que dans l’âme. Elle n’aimait pas voir ses comparses souffrir de n’importe qu’elle façon que ce soit. Et puis venant de Mars… Cela devait vraiment être important. Certainement en rapport avec la guerre, qui sait. La Celyz se dépêcha d’ajouter la suite.

« Ne vous en faites donc pas, j’ai tout mon temps pour vous…
Quel est le problème ? »

La dragonne attendit ensuite que le titan noir s’exprime de nouveau. Il venait d’attiser la curiosité de la prêtresse de feu. Elle était inquiète mais si le sujet concernait vraiment la guerre opposant Bahor et Celyz, alors il était intéressant de s’y attardait. Astrallia avait une vision très utopiste concernant cela et elle espérait pouvoir adoucir un peu les mœurs de ses paroles, aussi divagantes fussent-elles. Mais la femelle ne s’emballait pas de trop. Ce n’était pas dans sa nature de base, mais en plus, Mars pouvait tout aussi bien vouloir parler d’autre chose. S’il était venu la voir, alors peut-être… Qu’il voulait un enfant ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 58
Points Stellaire : 80
Date d'inscription : 25/10/2017
Age : 17
Localisation : Siège du Panthéon.
Who am i !

Feuille de personnage
Infos:

Conseil Avisé - [Astrallia]

MessageSujet: Re: Conseil Avisé - [Astrallia] Sam 13 Jan - 15:56
Mars en avait un peu mal au coeur de mêler la gentille Astrallia à ses préoccupations. Elle qui était déjà si prise en temps normal, c'était un peu égoïste d'accaparer son attention de cette manière. Mais d'un côté, cela la concernerait tôt ou tard, puisqu'une réunion du Conseil allait se dérouler cet après-midi même. Et puis, elle venait d'assurer qu'elle avait du temps devant elle… Et pourtant, le Groudon ne la sentait pas très à l'aise, plutôt inquiète. Ce qui n'était pas pour le rassurer. En vérité, il avait un peu peur de la brusquer. C'était stupide, mais en même temps le chef avait beaucoup de respect pour sa consœur.

Ainsi, la prêtresse l'invita à se lancer, à raconter ses malheurs. Même s'il n'en avait pas l'air, Mars appréciait la douceur dont elle faisait preuve en permanence. Cela changeait des autres membres du Conseil… Mais bon, s'il commençait à laisser passer ce genre d'émotion, sa crédibilité en prendrait un certain coup. Alors son attitude un peu froide ne cilla pas d'un poil. Il en venait de son honneur, et de la sécurité de ses camarades. Si le Groudon de charbon commençait à se relâcher, que penseraient les autres ? Ils se poseraient probablement des questions, et dans une époque aussi tendue que celle-ci, la panique pourrait se répandre comme une traînée de poudre.

Le titan du magma ne répondit pas immédiatement. Il cherchait ses mots, il cherchait à éviter d'alarmer davantage sa chère amie. Mais il n'avait pas le choix que de jouer la franchise, sinon il ne pourrait jamais recevoir l'aide tant attendue.

« Eh bien, pour tout vous dire, et je pense que vous l'aviez deviné, cela concerne le conflit qui nous oppose aux Bahors. »

Mars s'arrêta, se rendant compte pour la première fois depuis le début de la conversation qu'il vouvoyait Astrallia. C'était assez étrange, puisqu'il avait l'habitude de tutoyer ses collègues, surtout quand il fallait les ramener au calme pendant les réunions. Mais le voilà donc. Peut-être était-ce parce qu'ils étaient en discussion privée ?

Cette explication le laissa dubitatif, et puis il décida de ne pas en tenir compte plus que cela. Astrallia devait très sûrement s'interroger au sujet de cette pause qui prenait de plus en plus d'espace. Alors le colosse noir reprit, chassant cette pensée d'un lent battement d'oeil. Il fixait les yeux impairs de la femelle immaculée.

« Des rapports nous ont informés récemment d'activité grandissante venant de l'En-Bas. Certains territoires semblent s'agiter, au point que nous ne pouvons les ignorer. »

A vrai dire, seuls deux ou trois clans étaient vraiment inquiétants à ce stade-là. Les autres, bien que tout aussi concernés par le départ probablement imminent du conflit, restaient plus calmes. Malgré cette répartition inégale, cela représentait tout de même un grand danger pour le Panthéon. Mais Mars n'en avait pas fini, ils avaient encore d'autres perspectives à prendre en compte, malheureusement.

« A cela, se rajoute le problème du Necrozma captif d'Underworld, et on me parle d'une organisation secrète qui tenterait de causer la discorde un peu partout. »

Sur ce côté-là, ces informations s'apparentaient plus à de la rumeur qu'à du vérifié. Cependant, ce n'était pas faux pour le Necrozma. Bien que le Groudon y prêtait peu d'attention, l'étrange prisme était tout de même un de ses confrères, même détesté par la grande majorité. De plus, le fait d'avoir un Celyz prisonnier depuis plusieurs années déjà pouvait être un facteur galvanisant pour les Bahors. Ce qui s'avérait être d'une gravité sans précédent.

Concernant l'organisation, Mars ne savait pas quoi en penser. A ce qu'il paraissait, il ne s'agirait que d'un petit groupe de Pokémon qui chercherait à provoquer les problèmes. Impossible de savoir qui était leur chef. Leur base était très bien planquée dans un des territoires Bahors. Même s'ils n'étaient pas nombreux, il fallait les prendre en compte. Ils pouvaient préparer quelque chose de mauvais.

« Les Celyz commencent à se méfier. Ils redoutent une attaque prochaine des Bahors. La crainte les empêche de descendre du Panthéon. Ils vivent dans la peur, Astrallia. Et je ne sais pas comment les en sortir. »

Sa dernière phrase s'était terminée par un hochement de tête. S'il ne le montrait pas, l'être de jais était assez dépassé par la situation. Encore une fois, il évitait de le crier sur tous les toits. Mais il savait que la dragonne le comprenait et le soutenait. Ce n'était pas facile d'avouer ses problèmes à autrui, mais c'était nécessaire. Pour trouver une solution.

« Nous connaissons tous deux l'avis des autres Conseillers sur le sujet. Surtout concernant les plus belliqueux tels que Sélène, ou bien Asmodan. Mais j'ai bien peur que commencer une guerre, et surtout maintenant, est une mauvaise, très mauvaise idée. »

C'était la vérité. Une guerre était impensable pour le colosse, et pourtant il ne manquait qu'un événement marquant pour faire éclater la bulle de haine et de rage des Pokémon de ce monde. Et ce serait probablement la fin de ce dit-monde. Mars ferma les yeux.

« Il faut trouver une solution, pacifique si possible. Mais comment ? Les deux partis réclament le combat. Comment empêcher une effusion de sang ? Nous ne pouvons pas vivre dans les nuages pour l'éternité pour éviter le conflit ! »

Il avait rugit ces derniers mots avec colère et dégoût, les yeux brûlants. Immédiatement, le titan charbonneux se rendit compte de son erreur et tenta de reprendre contenance.

« Pardonnez mon comportement Astrallia. Je me suis laissé emporté par... »

Ses émotions ? Son désespoir ? Exactement, mais cela lui coûtait un grand effort pour le prononcer. Alors le leader du Panthéon décida de passer sous silence la fin de son excuse.

« Bref. J'ai besoin d'aide. J'espère que vous pouvez m'aider, Astrallia. » termina le grand Pokémon d'un ton résigné.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 129
Points Stellaire : 308
Date d'inscription : 09/10/2017
Age : 21
Localisation : Shrine
Who am i !

Feuille de personnage
Infos:

Conseil Avisé - [Astrallia]

MessageSujet: Re: Conseil Avisé - [Astrallia] Sam 13 Jan - 17:02
Astrallia observa avec attention son interlocuteur colossal. Mars était vraiment quelqu’un d’imposant de par son espèce mais également de par sa prestance. Il avait cette aura qu’il déployait tout autour de lui, sans peut-être même sans rendre compte. Une aura spéciale de leader qui donnait envie de se joindre à ses côtés pour l’aider dans sa lourde tâche. Emportée par cette sensation, la prêtresse avait définitivement envie de lui apporter du soutien, autant que possible. Ce Groudon charbonneux était un bon Pokémon, bien que possédant un caractère belliqueux quelques fois. Mais il ne pouvait pas être blâmé pour ceci, surtout avec le rôle important qu’il joue pour les Celyz. Chef des chefs, il était la voix de la raison mais aussi celle du combat, malheureusement. Si une guerre se déclarait, les Pokémon légendaires s’en remettraient directement à lui, alors Mars n’avait pas le choix que d’être un guerrier dans l’âme. Cependant, sa bonté était aussi très marquée chez le titan et c’est ce qui plaisait à la Reshiram. Il n’oubliait pas la paix dans ses discours de force et de pouvoir. Un parfait mélange entre le guerrier et le médiateur… Pourtant, cela ne suffisait pas à endiguer les choses. Peut-être que Mars avait peur de proclamer un traité de paix, au risque de se discréditer auprès des fidèles ? Astrallia ne savait pas trop mais pour résumer, le Groudon était dans une position délicate. Elle imaginait bien pourquoi il était là au final et vouloir un petit Celyz pour lui ne semblait pas être une de ses priorités.

La dragonne eut rapidement sa confirmation. Mars était là pour parler du conflit entre les Bahors et les Celyz. A cette mention, Astrallia baissa légèrement la tête. Elle avait eu, l’espace d’un court instant, l’espoir que le colosse était là pour parler d’un autre sujet. Comme des histoires de cœur par exemple, ou n’importe quoi qui ne concernait pas les tensions avec les Bahors. Mais soit, elle ne pouvait rien y faire et le Conseiller non plus. La guerre était à leurs portes et il fallait bien y faire face plutôt que de l’ignorer. La Reshiram fut toutefois quelque peu perturbée par la déclaration du Groudon, ce fut si soudain. Si bien qu’elle ne remarqua même pas la pause de ce dernier. Elle redressa la tête après quelques secondes pour signifiait à Mars qu’il pouvait continuait à parler. La belle dame blanche croisa son regard et eut bien envie de regarder ailleurs sans toutefois le faire.

Le titan explique qu’En-Bas, il y avait de plus en plus d’activité. Ainsi, la vigueur de la guerre commençait à se propager dans les territoires en dessous du Panthéon… Astrallia s’y attendait. Que ce soit du côté des légendaires ou des normaux, il n’y avait pas beaucoup de personne pour la paix. Ce n’était donc qu’une question de temps avant qu’une étincelle ne déclenche le feu guerrier. Elle ne fit pourtant pas de commentaire et écouta la suite des paroles du maître des continents. Il expliqua ensuite le cas d’un Necrozma prisonnier à Underworld. Astrallia fouilla un instant dans sa mémoire mais elle ne retrouva pas le nom de ce dernier. Elle savait qu’il avait été banni il y a un moment du Panthéon. Ce Pokémon désirait certainement le chaos plus que quiconque… Mais Mars avait raison d’en parler. Il était un de leurs frères et il fallait certainement au moins le ramener au Panthéon. Il y serait certainement emprisonner là aussi mais ce serait un petit peu mieux que de le laisser en bas, seul… Avec un peu de chance, ils parviendraient à faire changer d’avis le prisme sauvage et ainsi sauver la vie d’un des leurs. Et puis il y avait aussi un groupe dans le collimateur. La dragonne uniforme ne pouvait toutefois rien y faire.

Mars continua avec une sorte de complainte. Il ne savait vraiment pas comment faire pour éviter l’inévitable… Et il demandait donc conseil à la prêtresse. Astrallia joignit ses pattes ensemble et les porta au niveau de sa poitrine en entendant les paroles du Groudon. S’il n’avait pas eu un esprit plus fort, il aurait certainement fondu en larmes et cela perça le cœur de la Reshiram. Mais elle n’eut pas le temps de le plaindre car il continua sur sa lancée. Mars évoqua Sélène et Asmodan, des collègues belliqueux. La dame duveteuse n’avait rien contre eux deux mais il fallait avouer que ces derniers avaient le don de l’énerver. Ils en voulaient tellement aux Bahors que cela en était presque ridicule. A cause d’eux, le Conseil faisait souvent le même constat : la guerre et puis c’est tout. La voix d’Astrallia ne pesait pas bien lourd contre le duo hardi. Avec ses idées pacifistes, la Reshiram passait presque pour une idiote à leurs yeux.

Mais Astrallia sortit de ses pensées lorsqu’elle entendit quelque chose de la bouche du Groudon de jais. « Nous ne pouvons pas vivre dans les nuages pour l'éternité pour éviter le conflit ! » Cette phrase… La dragonne resta perplexe sans toutefois dire quelque chose. Ainsi, le Conseiller en chef ne se plaisait pas au Panthéon ? Ou alors elle avait mal compris. D’autant plus qu’il s’était laissé emporter en criant cela, comme si… Comme si le colosse ne supportait pas sa vie dans les nuages. Pour la Reshiram, c’était une toute autre histoire. Elle appréciait le fait d’être si proche du Père et d’être dans des paysages absolument idylliques. Bien sûr, il y avait cet aspect égoïste… La femelle décida de finalement prendre la parole à son tour pour tenter d’éclairer son ami sur le sujet.

« Votre demande est complexe, cher Mars… Je sais pourquoi vous êtes venu me voir. Je suis l’une des seuls Celyz à défendre la paix au Panthéon… J’ai bien peur que mes solutions ne soient pas faites pour ce monde, malgré tous mes efforts. »

Astrallia était sincère. Depuis toujours, sa famille faisait en sorte que les poudres du chaos ne se répandent pas sur le monde. Mais jusque-là, le travail n’avait pas trop porté ses fruits.

« Cela fait longtemps que j’essaye de changer les opinions à la racine… Tout du moins d’adoucir les visions de nos frères et sœurs concernant nos camarades les Bahors. Mais… Je suppose qu’avec votre aide et celle du Conseil, nous pourrions peut-être réussir à faire quelque chose. »

La dame blanche sembla réfléchir un instant.

« Une invitation à la paix ne donnera rien, c’est certain. Mais nous pouvons tenter une approche moins radicale. Il pourrait être intéressant d’envoyer des Celyz pacifistes dans les territoires Bahors. Ils pourront, si possible, proposer des échanges de vivres ou de connaissances. Je pense que la voie du commerce est un bon moyen de garder le conflit à distance… J’ignore si cela portera ses fruits mais nous devons tout essayer. Si l’approche est douce… Nous pourrions faire des échos de paix au travers des territoires de nos camarades. »

Astrallia s’arrêta ensuite, reprenant un peu son souffle. Elle n’en revenait pas, c’était elle qui venait de dire tout cela ? Elle était inspirée ! La douleur de Mars semblait l’aider à proposer des idées.

« Enfin, si mon idée vous semble intéressante bien entendu… »

Voilà qu’elle redescendait un peu de son petit nuage d’adrénaline. Il n’était pas commun d’entendre la prêtresse parler autant en si peu de temps. Même lors des débats avec le Conseil, elle restait plutôt discrète. Peut-être était-ce parce qu’Astrallia était seule avec Mars ? Cette intimité semblait l’aider à dire ce qu’elle avait sur le cœur, ce qui n’était pas une mauvaise chose. Puis tout à coup, elle remarqua la proximité qu’elle avait avec le Groudon. Cette discussion avait fini par les rapprochés naturellement, sans qu’ils ne s’en rendent compte. La Reshiram bégaya quelque chose d’inaudible et se mit à rire nerveusement et bêtement.

« O-Oh ! Pardon, je pensais à quelque chose… D’amusant. Hm. Vraiment, je suis navrée, ce n’est pas le bon moment pour s’amuser… »

Elle détourna instanément le regard une nouvelle fois, complètement génée par la situation. Et puis c’était quoi cette excuse minable ? Il aurait fallu ne rien dire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 58
Points Stellaire : 80
Date d'inscription : 25/10/2017
Age : 17
Localisation : Siège du Panthéon.
Who am i !

Feuille de personnage
Infos:

Conseil Avisé - [Astrallia]

MessageSujet: Re: Conseil Avisé - [Astrallia] Lun 15 Jan - 21:19
Le colosse des continents était incertain. Après avoir perdu le contrôle de sa colère, voilà qu'il écoutait le triste constat de la gardienne de la Réalité. Effectivement, elle était probablement la seule personne du Conseil à chercher la paix et la réconciliation avant le combat et la violence. Ou il y avait bien Korian… Mais on ne pouvait pas dire que le Volcanion se sentait réellement concerné par l'imminente guerre. Mars leva un instant les yeux au ciel, se demandant si son collègue assisterait ou non à la réunion de la journée.

Le titan du magma se concentra à nouveau. Astrallia avait raison. Sa mère et elle-même avait déjà lutté autant que faire se peut pour changer la mentalité du Panthéon. Malheureusement, peu importe leur persévérance, elles avaient toujours été largement en sous-effectif. Un esprit aussi altruiste que celui-ci inspirait le Groudon, le poussait à toujours prendre en compte les avantages et les inconvénients d'une décision. Pour l'honneur des Reshiram, qui avaient déjà tant fait pour la paix, ainsi que tous les autres qui y croyaient, le sombre Pokémon voulait se battre. Il leur devait bien cela.

Mais alors qu'il était fier de pouvoir compter sur la bonté de sa Conseillère, une idée horrible passa par la tête du géant charbonneux : Et si cet excès de charité était mal vu par les autres Celyz ? La dragonne avait beau être une personnalité importante, de par son rang au Conseil et à la Chapelle, il n'empêchait que Mars s'interrogeait. Avait-elle déjà… été menacée par quelqu'un ? Avait-elle déjà huée pour ses nobles convictions ? Le temps de la guerre pouvait faire faire des choses étranges après tout. Et qu'une guerre n'éclatât au sein même du Panthéon était bien la pire des choses qui pouvait arriver. Même s'il n'en avait jamais entendu parler, que ce soit de la part de la concernée ou d'un tiers, cela faisait froid dans le dos du Pokémon noir. Il se promit de garder un œil attentif sur tous les comportements étranges à l'égard de la blanche dame. Ses compagnons Celyz ne pouvaient pas se défier entre eux, impossible.

Le titan sentait de nouveau une migraine à l'horizon, c'était désespérant. Tellement à penser, et si peu de temps avant de prendre une décision… Il en avait presque envie de se prendre la tête dans les mains et de se laisser glisser contre un mur. Même si c'était improbable qu'il s'abaisse à un accès de faiblesse tel que celui-ci, l'idée était pourtant bien fondée. Le destin d'énormément de vies allait se jouer prochainement. Et si Mars n'arrivait pas à trouver un compromis entre les deux camps, s'il n'arrivait pas à convaincre d'engager un compromis entre les deux camps, et surtout s'il n'arrivait pas à faire durer ce fameux compromis, ses espoirs s'évanouiraient, et avec eux des milieux d'innocents, et des moins innocents.

Une boucherie. Insensé, et pourtant vu comment c'était parti… Astrallia avait beau jouer l'optimiste, les chances qu'eux et le Conseil changent la mentalité meurtrière des Celyz était quasiment imperceptible. Déjà, convaincre les cinq autres membres s'annonçait être une tâche insurmontable pour le géant de jais. Comment faire ? Se plier à leurs pulsions sanglantes, ou bien se battre jusqu'à la fin pour la paix quitte à être accusé, voire même destitué ? Mars ne pouvait pas faire face à quatre ou cinq légendaires à la fois. Et si possible, il aimerait de tout coeur éviter de mêler Astrallia à ce déchirement interne de la pire espèce. Le Panthéon survivrait-il à un coup d'état forcé en des temps pareils ? Tant d'interrogations et tant d'issues incertaines, c'était à y perdre la tête.

Mais voilà que le leader divaguait. Il n'avait écouté que d'une oreille distraite le long monologue de la dragonne. Tout de suite Mars en ressentit de la honte. La douce prêtresse prenait de son temps pour l'aider, et lui l'ignorait le plus simplement du monde. De plus, c'était assez irrespectueux de sa part de garder ses angoisses pour lui-même alors qu'il était venu exactement pour le contraire ; pour les partager avec sa consœur. Le Groudon altéré remerciait silencieusement son amie de faire preuve d'une patience légendaire. Il n'aurait probablement pas supporté de se faire renvoyer à la porte.

Et puis, alors que Mars était totalement désemparé (bien qu'il essayait de le cacher un maximum), il reformula rapidement ce qu'il venait d'entendre. Engager des accords mercantiles avec les Bahors… Cette idée lui plaisait bien. Approche plus douce pour répandre les paroles de paix qui tenaient tant à coeur aux deux Légendes. Oui, Mars aimait bien l'idée. Il avait hoché la tête alors que la Reshiram ne parlait plus bizarrement. Sûrement venait-elle d'ajouter quelque chose pour connaître son avis sur le sujet, et lui ne lui avait pas répondu comme un idiot.

Et aussi soudain, la belle prêtresse se mit à rire nerveusement, ce qui interpella le chef du Conseil. Ce n'était pas commun de la voir s'amuser, même si elle semblait toujours aussi inconfortable qu'auparavant. Ce changement de situation fit légèrement sourire le colosse du magma. Il se demandait bien qu'est-ce qui avait bien pu la faire rire ainsi. Mais il n'en avait aucune idée. En tout cas, ce ne devait pas être en rapport avec la conversation, puisque la femelle blanche s'excusa même, disant que ce n'était pas vraiment le bon moment pour s'amuser.

Or, ce petit rire mit du baume au coeur au grand Pokémon noir. Il sentait la tension redescendre d'un seul coup, mais pas totalement. Et malheureusement, bien qu'il eut un peu retrouvé le sourire, l'appel du devoir était largement plus fort que celui du divertissement. Et ce sourire disparût aussitôt. Mars ne blâmait pas pour autant sa camarade. Peut-être même l'avait-elle fait exprès dans une tentative de le détendre un peu.

« Astrallia, cette idée me semble brillante. » commença-t-il d'un ton quelque peu enjoué. La dragonne venait de lui faire reprendre espoir.

Mais tout de suite, son air renfrogné repris l'avantage : « Seulement… Je ne crains que sa mise en place ne soit compliquée. »

« Pour commencer, il s'agit d'une décision importante à prendre, et pour cela il nous faudra la majorité des votes lors du Conseil d'aujourd'hui. »

Le Groudon laissa planer un silence lourd de sens, le temps qu'Astrallia digère l'information et ses conséquences. Mars ne pouvait tout simplement pas décider seul de ce qui était bon ou mauvais pour le royaume, cela passerait pour un geste dictatorial. Il lui faudrait, ou leur faudrait si Astrallia le rejoignait, se battre pour remporter gain de cause. Se battre avec les mots, et remporter l'accord de leurs collègues. C'était une étape nécessaire, probablement la plus compliquée.

« Supposons que nous obtenions effectivement l'aval du Conseil. La question à se poser serait de savoir quels compagnons envoyer dans les terres Bahors. De trouver des personnes responsables et volontaires, courageuses et pacifiques, afin d'engager les négociations avec tact. »

A cette dernière phrase, le titan se mit à douter. Y avait-il au moins des Celyz approchant cette description un peu trop parfaite à ses yeux ? Mars était inquiet. En tant que chef du Panthéon, il avait beaucoup à faire. Et moins de temps à consacrer à ses concitoyens s'ils n'avaient pas de requêtes urgentes, et encore. Alors comment savoir qui serait de son côté ?

Un grognement guttural s'échappa du sombre colosse. Chaque fois qu'une ébauche de solution se profilait, elle amenait avec elle trois fois plus de contraintes ou de problèmes. Agacé, frustré, Mars commençait à s'énerver. Il arrivait difficilement à tenir en place. Ses griffes s'agitaient dans un lent rythme. Et l'une de ses pattes s'était mise à marteler le sol sans qu'il n'y prête attention.

« Vous ne sauriez pas qui pourrait correspondre à de tels critères j'imagine. » son ton amer laissait plus à présager une injuste affirmation plutôt qu'une question.

C'était cruel de rabaisser ainsi la dragonne, de la penser incapable de connaître des Celyz partageant le même avis à cause de sa timidité naturelle. Il était vrai que la Reshiram n'était pas le Pokémon le plus sociable qu'il n'avait jamais rencontré, mais sa patience et sa compassion compensaient largement ce défaut. Il était facile de s'en prendre à la faiblesse d'autrui, et Mars était beaucoup trop furieux pour s'en rendre compte.

Sa voix, d'abord murmure, se fit de plus en plus forte : « Non. Vous, vous n'êtes que la gentille prêtresse qui se tient tranquille. Qui ne dit pas un mot. Qui ne défend rarement son point de vue en public... Avez-vous au moins réfléchi avant de parler ? »

Ces paroles n'étaient qu'un déchaînement pur et gratuit de haine, néanmoins nullement concentrée sur son interlocutrice. Mais bel et bien sur lui-même, pour son impuissance, pour sa propre faiblesse de céder à la pression, pour échouer là où il aurait dû être le plus confiant de sa vie. Là où son coeur aurait dû remporter haut la main le combat sur la raison.

« Avez-vous réfléchi à tout ce qu'il faudrait accomplir pour qu'une telle entreprise aboutisse ?! »

A présent, Mars hurlait en agitant les bras. Toute trace de self-contrôle avait disparu. Les émotions passionnées et virulentes le guidaient maintenant. Ses yeux brillaient d'une lueur mauvaise, malsaine. Il n'arrivait plus à réfléchir, juste à prononcer des choses douloureuses pour les deux Légendes. Mais peut-être avait-il besoin de se lâcher, de dire ce qu'il avait sur le coeur… Alors le Groudon ne s'arrêta pas sur sa lancée, loin de là.

« Qu'est-ce que vous croyez que l'on peut faire contre tous ceux qui réclament vengeance, qui réclament la tête de ces fichus Bahors ?! Il faut regarder la vérité en face, la guerre sera inévitable, peu importe ce qu'on fait ! Tout le monde veut s’entre-tuer pour des raisons qui me dépassent totalement ! Chef ou non, personne ne m'écoutera si je veux parler de paix ! »

L'ombre menaçante projetée sur le sol de marbre s'affaissait et se levait au rythme de la respiration haletante du monstre de jais. Il était complètement hors de contrôle. A croire qu'une entité maléfique avait pris le contrôle de son esprit. Les souffles hachurés devaient sembler totalement terrifiants pour la pauvre Reshiram.

« Mais enfin ! dites-moi, dites-moi ce que je suis censé faire ! Que dois-je faire bon sang ? Je ne suis pas Arceus, je n'ai pas le pouvoir d'empêcher le destin d'arriver ! Je n'ai pas le pouvoir d'empêcher une effusion de sang ! »

« JE N'AI PAS LE POUVOIR D'EMPECHER UNE EXTERMINATION DE MASSE ! »

Cette sentence finale résonna en écho dans la salle de pierre. La frénésie qui l'avait porté jusqu'à maintenant s'envola comme une brise glaciale. Ne restaient plus que les respirations incontrôlées et l'atroce sentiment d'avoir dépassé les bornes à un point de non-retour.

Pendant toute sa tirade colérique, Mars n'avait cessé de fixer la femelle. Mais là, devant elle, il ne pouvait que baisser sa tête en un signe honteux. Il n'y avait rien à retenir, rien à sauver dans ce qu'il venait d'arriver, dans ce qu'il venait de dire.

Il semblait bien loin le temps où la Reshiram ria nerveusement. Le temps où il avait retrouvé le semblant d'un sourire.

C'était tout simplement honteux. Et rien d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 129
Points Stellaire : 308
Date d'inscription : 09/10/2017
Age : 21
Localisation : Shrine
Who am i !

Feuille de personnage
Infos:

Conseil Avisé - [Astrallia]

MessageSujet: Re: Conseil Avisé - [Astrallia] Jeu 1 Fév - 13:36
Astrallia redressa légèrement la tête pour voir la réaction de Mars, un sourire amer toujours présent. Elle vit le titan sourire à son tour et cela soulagea la femelle blanche qui sembla se détendre un peu. Finalement, cette petite erreur avait réussi à faire s’envoler quelques tensions, ce qui n’était pas plus mal. Il fallait dire que la pression ambiante était énorme lorsque des Pokémon légendaires se faisaient face. C’était naturel, un fait. Les divins avaient tous cette aura qui pouvaient mettre à l’aise les esprits les plus faibles. Mais là, c’était encore autre chose. Le Groudon charbonneux était inquiet et sur les nerfs. Quant à la prêtresse, elle était mal à l’aise et cela renforçait bien entendu la tension dans l’air. Pour les deux interlocuteurs, ce n’était pas vraiment le bon moment pour parler mais ils n’avaient pas le choix. Dans un sens, Astrallia enviait cela aux Bahors. Certains possédaient cette énergie similaire aux Celyz, comme les Dracolosse ou les Tyranocif par exemple. Mais pour d’autres, il n’y avait pas cette horrible pression à cause de leurs pouvoirs latents et de leurs tailles immenses.

Mais ce n’était pas le sujet du jour. La Reshiram commença à s’inquiéter de nouveau lorsqu’elle vit le sourire de Mars disparaître presque instantanément. Ce fut très rapide, comme un papier consumait par du feu. Non, encore plus rapide que cela. Un flash tout au plus. Le titan n’avait-il pas trouvé cela drôle finalement ? Il pensait peut-être que la dragonne était en train de se moquer de lui… Et s’il pensait que cette dernière se moquait de ses problèmes ?! Non, ce n’était pas le cas, Astrallia en était incapable et le chef le savait surement… La femelle écouta donc attentivement les nouveaux dires de son camarade terrestre. Il allait certainement apporter une réponse.

Dans un premier temps, Mars parut enchanté par l’idée de la Reshiram. La gardienne de la réalité aurait pu se réjouir si la créature noire n’avait pas changé de ton presque aussitôt. Le Conseiller était déjà en train de voir les choses de façon négative. Pour lui, la mise en place était trop difficile. Astrallia se demande pourquoi, il n’avait pas encore tenter le coup ! Mais le Groudon apporta des explications très rapidement, empêchant ainsi la femelle blanche de se triturer l’esprit inutilement. Il commença par un problème majeur : le Conseil en lui-même, et obtenir la majorité. Effectivement, cela pouvait être compliqué mais bon… Les légendaires pouvaient bien faire un effort pour une fois. Astrallia en avait assez de l’état d’esprit mauvais d’Asmodan et de Sélène, sans compter Teos. Ce trio était clairement anti-Bahor et ils parvenaient très facilement à rallier Vulkain à eux, lui qui était plutôt pour la guerre. Korian suivait ensuite bien souvent, ne voulant pas se tracasser la tête… Toutefois, la Reshiram ne considérait pas cela comme un obstacle. Avec un peu d’insistance de la part de Mars et d’elle-même, ils pourraient faire passer cette fameuse idée. Ce n’était qu’un test après tout.

Le Groudon sombre continua ensuite. Il supposa que le Conseil donne son accord. Le problème suivant serait de trouver des volontaires pacifiques. Astrallia n’y voyait pas trop de soucis, elle connaissait des Pokémon légendaires tout à fait abordables et amicaux. Mars ne voyait que le mauvais côté de ses citoyens apparemment mais la dragonne ne pouvait pas lui en vouloir. Toutefois, elle voyait passé de nombreux Pokémon jour après jour dans le temple… Beaucoup étaient ceux qui venaient pour obtenir un pardon ou pour se repentir. D’autres, plus rares, venaient pour prier la paix dans le monde, ceux-là étaient des bons candidats.

La prêtresse était en train de réfléchir lorsqu’elle sursauta en entendant un grondement chez son compagnon Celyz. Il semblait en colère contre lui-même et contre les problèmes qu’il évoquait l’un après l’autre. Il y avait de quoi, sa responsabilité étai énorme. Il frappait à présent le sol avec l’une de ses pattes gigantesques, dans un geste d’impatience. En voyant cela, Astrallia se mit à déglutir discrètement. Mais Mars ne lui laissa pas de répit, il s’adressa à elle d’une façon qui ne plut pas à la femelle de type Feu. Il voulait savoir si elle n’avait pas une idée pour les candidats justement. Astrallia voulu donc lui répondre que oui, elle avait bien des propositions à faire mais le titan ne lui laissait le temps de rien. Il était aveuglé par sa fureur naissante.

Mars se mit ensuite à insulter la dragonne. Cette dernière, fut, au début, très surprise. Elle n’avait jamais vu le Groudon dans un état pareil et encore moins s’en prendre à elle. Et puis de quel droit il disait cela ? Le mâle questionna la Reshiram avec hargne.

Il se mit ensuite à crier après sa comparse et à agiter les bras. C’en était ridicule pour un dirigeant tel que lui. Astrallia recula de deux pas en voyant cela, elle ne voulait pas se prendre un coup pour rien. Elle baissa la tête pendant toute la remontrance venant du Groudon couleur charbon. Il déblatérait des choses qu’il ne pensait peut-être pas, sous le coup de la pression. Il ne se sentait pas capable de respecter le plan de la femelle et il s’en prenait à elle, injustement. Il n’était pas le Père, c’était certain mais Mars était le chef du Panthéon tout de même… Puis, une fois son discours haineux fini, il baissa la tête, la Reshiram l’avait vu faire.

Elle tremblait. Un petit peu de peur mais aussi pour autre chose. Elle tremblait parce que la colère commençait à s’emparer d’elle aussi. Si les astuces de la Reshiram ne lui convenaient pas, alors il allait falloir faire rentrer les idées avec un peu plus de force. Parce que si Astrallia était aussi paisible qu’une rivière, elle pouvait devenir un typhon si l’on bafouait son nom sans raison. Elle redressa donc la tête d’un seul coup. Son regard bicolore reflétait sa détermination et son envie de défendre son point de vue, pour une fois. Elle n’avait pas apprécié les dires du titan du magma. Cette fois, il allait trop loin dans ses paroles.

Elle plaça ses pattes-ailes sur ses hanches et fixa avec ardeur son interlocuteur, essayant de capter ses yeux.

« Dites donc, vous avez fini votre caprice, Monsieur le Chef du Panthéon ? »
Cracha la prêtresse.

« Vous croyez pouvoir me parler sur ce ton alors que vous venez pour demander mon aide ? Sachez que j’ai beau être timide et calme, il y a des choses qui ne passent pas avec moi. Vous pensez pouvoir me marcher dessus parce que vous êtes plus grand et plus fort ? Vous vous trompez mon garçon ! »

Des petites flammes s’échappaient de la gueule de la dragonne en colère tandis qu’elle parlait.

« Vous avez peur de la réaction du Conseil face à mon idée… Mais déjà si vous n’avez pas l’intention de la défendre correctement face aux conseillers, comment vous voulez qu’ils acceptent de tenter le coup ?! Croyez en vos convictions d’abord, vous convaincrez ensuite ! De plus, je suis de votre côté et je défendrais ma cause s’il le faut. J’ai beau être discrète lors des réunions, si vous avez besoin de mon aide, je serais là. Teos et les autres ne me font pas peur. »

Le ton utilisé par la Reshiram était très dur.

« Ensuite, pour votre gouverne, je connais des personnes qui seraient ravies de m’aider à concrétiser ce plan. Voyez-vous, prêtresse qui se tient tranquille que je suis, je vois passé beaucoup de tête tous les jours. Je connais des fidèles qui veulent la paix et non la guerre ! Mais si vous sortiez un peu de votre vision réduite par le pessimisme alors vous verriez ces citoyens qui n’attendent qu’un geste de votre part pour aider. »

Astrallia ne se reconnaissait pas. Toutefois, elle n’avait pas le temps de vraiment se rendre compte de son saute d’humeur tant elle était absorbée par sa défense.

« Donc oui, j’ai bien réfléchi avant de vous proposer l’idée. Et cela même alors que vous me prenez au dépourvu. »

Elle déploya ses ailes un instant, paraissant d’un seul coup plus imposante que le titan. Elle aussi pouvait faire des gestes pour impressionner et pour ponctuer son discours ! Puis elle baissa ses bras et continua de parler.

« Mars, vous n’êtes pas Arceus le Père, et vous ne le serez jamais. Vous ne lui arrivez pas à la cheville. »

Elle marqua une pause lourde mais reprit ensuite :

« Personne ne le peut. Mais ce n’est pas une raison pour se laisser dépasser par les évènements. Si une guerre éclate, vous devrez être fort pour mener les peuples vers la paix. En attendant, il n’y a pas de batailles générales et nous devons éviter cela. »

La voix de la prêtresse était redevenue un peu plus douce.

« … Nous n’avons pas vraiment le choix. Proposons ce plan lors de la prochaine réunion et nous verrons bien. Et puis si jamais le Conseil refuse… »

Astrallia baissa les yeux et marqua un temps d’arrêt. Elle avait déjà sa solution en tête.

« Alors j’agirais seule… Vous n’aurez qu’à me trouver une excuse officieuse et je m’occuperais du reste… Je ne suis pas inutile… »

Et la femelle immaculée en resta là. Mars avait voulu de l’aide, il en avait, la Reshiram était prête à tout pour faire avancer les choses. Cette fois, avec cette altercation, elle se sentait plus forte et plus courageuse. Si le destin voulait qu’elle quitte le Panthéon pour faire son devoir, alors cela ne serait pas un problème pour elle. Astrallia se trouvait changée après cette discussion. Rien d’exceptionnel, mais assez pour la pousser à faire plus que son actuel labeur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 58
Points Stellaire : 80
Date d'inscription : 25/10/2017
Age : 17
Localisation : Siège du Panthéon.
Who am i !

Feuille de personnage
Infos:

Conseil Avisé - [Astrallia]

MessageSujet: Re: Conseil Avisé - [Astrallia] Jeu 8 Fév - 17:57
C'était dur.

Chaque parole était comme un coup de poignard.

Le pire restait sans conteste ces deux yeux vairons, qui le fixait avec fureur, incompréhension et tristesse.

–--

Après que le Groudon s'énerva injustement envers celle qu'il aurait pu désigner sans problème comme étant sa confidente, mais envers lui-même également, un calme étrange s'empara de lui. Pendant l'espace d'une seconde ou deux, Mars ressentit… la paix intérieure, chose qui n'était pas arrivé depuis qu'il avait été élu leader du Panthéon. Il venait de dévoiler, de manière brutale quand même, ce qu'il avait sur le coeur, ce qu'il pensait quotidiennement. Ce qui le tourmentait, jour après jour.

S'ouvrir. Voilà une idée ayant quelque peu d'importance au Pokémon de jais d'ordinaire. C'est parce qu'il n'y prêtait pas attention qu'il ne s'était jamais rendu compte à quel point il en avait besoin. Jamais n'avait-il été se confier à la chapelle. Jamais n'avait-il avoué ses pensées profondes. Son amertume, sa colère, son appréhension. Mars avait toujours gardé cela pour lui, parce qu'il se disait que ce n'était pas important. Il avait appris à vivre avec, il pensait pouvoir vivre avec. Manifestement, ce n'était pas le cas. Cette conversation était la plus belle preuve qu'il s'était lourdement trompé.

Après cette seconde de béatitude, tout le poids de la responsabilité s'écrasa sur lui comme une masse. Et c'est à ce moment-là, que Mars sut qu'il venait de commettre l'une des pires erreurs de sa vie.


Au début, le titan avait été choqué d'entendre le terme de « caprice » de la part de la dragonne blanche. Lui, un caprice ? Est-ce qu'elle savait de quoi elle parlait au moins ? Le Groudon n'avait pas le droit de s'énerver peut-être ?! Cette première phrase, rien que cette première parole, emplie de fougue et de reproche, rien que cela suffisait à le foutre en rogne. Ce n'était pas elle qui devait tout gérer ici, alors de quel droit se permettait-elle de parler d'une chose dont elle n'avait aucune connaissance ? Comment osait-elle prétendre qu'il faisait un caprice ! Astrallia n'avait visiblement aucune idée de la pression énorme que subissait son chef, sinon elle ne l'aurait jamais rabaissé au stade de gamin gâteux.

Mars avait pensé que sa collègue allait l'aider, après tout il venait de prendre son courage à deux mains et de mettre au jour toute sa frustration. Il pensait qu'elle allait le comprendre, qu'elle allait l'encourager, le féliciter d'avoir franchi une telle étape… Au lieu de cela, la prêtresse se contenta de l'enfoncer davantage, de se montrer hautaine avec lui.

Il avait cru en elle. Il avait cru en sa capacité naturelle d'apaiser les esprits. Il avait cru qu'elle serait là, à ses côtés. Mais non, elle se tenait en face de lui, toute fière et toute grande en train de le dévisager avec fureur. Le colosse de magma ne savait plus vraiment à quel moment il avait relevé la tête, mais ce qui était sûr, c'était qu'il n'allait pas lâcher ses yeux impairs. Oui, c'était de la provocation, oui c'était de la haine. A ce moment-même, personne n'aurait pu dire qui des deux avait le plus la rage.

Et voilà qu'elle commençait à le sermonner. Où elle se croyait celle-là ? Le Pokémon obscur avait parfaitement le droit de ce qu'il voulait. C'était lui le chef, pas elle ! Il avait fait un effort aujourd'hui, un effort colossal ! Pourquoi Astrallia ne pouvait-elle pas en faire de même ? Pourquoi n'essayait-elle pas de le comprendre bon sang, qu'avait-il fait de mal pour qu'elle le lâche à un tel moment et se retourne contre lui ?! La colère sourde aveuglait le bipède géant comme jamais auparavant. C'était bien la première fois qu'il détesta autant un autre Pokémon. Et c'était un comble quand on y pensait, que ce soit tombé sur la gentille petite Celyz que tout le monde appréciait.

C'était un comble, et le Groudon aurait voulu rire, d'un rire jaune ou sardonique. Mais la femelle de feu ne lui en laissa point le temps, à croire qu'elle en avait aussi gros sur la patate que lui.

Ah, voilà qu'elle remettait en cause ses capacités à présent... Décidément, la Reshiram était décidée à pousser jusqu'au bout, à déverser son venin sur le premier venu pour se soulager, manifestement. Elle cachait finement son jeu en vérité. Mars se dit tout à coup qu'elle n'avait eu juste qu'à n'attendre une opportunité parfaite, à savoir celle-ci en l'occurrence, pour révéler son vrai visage. Un visage de serpent. Astrallia n'était qu'une sale vipère, et rien d'autre !

Soudainement, le Groudon ombreux écarquilla les yeux. Mais à quoi venait-il de penser, là ? Astrallia était l'une des Celyz les plus attentionnée et patiente du pays des nuages, tout le monde le savait ! Alors pourquoi… et surtout comment, comment avait-il pu raisonner de cette façon une seule seconde ? Comment… comment n'avait-il pas pu voir qu'il lui avait… causé du tort ? Qu'il l'avait blessé ?

Peu à peu, le visage du titan du Panthéon se décomposa. Il n'en revenait pas de ce qui venait de se produire. Tout ce qu'il avait prétendu être vrai pour lui, tout ce qu'il avait pensé de la dragonne du réel, tout ça là… C'était, ignoble, infâme.

Egoïste. Mars n'était qu'un égoïste. Immédiatement, cette constatation lui fit l'effet de baisser subitement la tête, comme si le titan venait de se faire décapiter. Et puis il recula d'un pas lorsque la belle créature déploya de toute son envergure ses ailes de soie. C'était impressionnant, un ange ardent se dressant de toute sa hauteur, une moue de fureur affublant ce doux visage si souvent apaisé et apaisant. Si le Groudon pouvait penser correctement, il aurait sûrement été subjugué par cette beauté immaculée. Mais ce n'était pas vraiment sa préoccupation du moment.

Et puis aussi vite qu'elle avait agi, la reptile blanchâtre baissa ses bras, reprenant une constance normale. Ses yeux bicolores n'avaient pas lâché une seule seconde ceux violets du chef du Conseil. Sa réprimande commençait à toucher à sa fin, sa voix se faisait plus douce, mais toujours aussi condamnable et sévère. Oui, Mars n'était pas Arceus. Oui, il ne le serait jamais. C'était la plus évidente des vérités, et un instant le gardien des continents ressentit une pointe d'amertume, qu'il jugea bien vite comme étant injustifiée. C'était stupide de réagir ainsi.

Le colosse noir écoutait en silence. Qu'est-ce qu'il pouvait dire de toute manière ? Il n'avait aucun droit de se défendre. Son regard vacillait entre sa si précieuse collègue, et le vide autour. Dire que la belle dragonne l'avait impressionné, voire même légèrement intimidé relevait de l'euphémisme. Ce n'était pas tous les jours qu'il voyait Astrallia s'énerver, et surtout pas contre lui-même. Alors, elle venait de lui prouver qu'elle pouvait se battre, qu'elle pouvait lutter pour ses idées et ses convictions. C'était peut-être vrai ce qu'elle venait de dire, sa « vision réduite par le pessimisme » l'empêchait de voir la véritable valeur de ses confrères. Le Groudon allait avoir matière à réfléchir.

Enfin, la prêtresse formula sa détermination à aller jusqu'au bout de son idée, quitte à se mettre en position précaire ou en danger. Le titan n'en revenait pas. La si gentille Reshiram ne l'avait pas habitué à un tel comportement. Peut-être ne la connaissait-il pas autant qu'il l'avait précédemment pensé. Et cela était, encore une fois, son entière faute. De ne pas avoir passé un peu de temps avec sa collègue. Décidément, Mars accumulait les erreurs ces temps-ci. C'était assez étrange comme sensation, de se rendre compte que ce que l'on avait pris comme acquis pendant un long moment, pouvait finalement s'écrouler aussi facilement qu'un château de cartes.

Le Groudon avait été beaucoup trop sûr de lui-même, à présent c'était aussi clair que du cristal. Il venait de découvrir une nouvelle facette de son royaume. Les Celyz ne se résumaient pas qu'à du tout noir, du tout violence. Il existait une minorité ou du moins une autre partie de Légendes aspirant à la paix. Mars ne l'avait tout simplement jamais pris en compte, parce qu'elle n'avait jamais vraiment fait parler d'elle, à l'inverse des pro-combattants. Et puis, il avait fini par complètement l'occulter, ne se souciant alors plus que des belliqueux.

Au terme de cette altercation, le Pokémon Continent se rendit compte avec horreur qu'il venait de mettre en danger son amitié avec Astrallia, tout cela parce qu'il avait cédé inutilement à la panique. Il venait de trahir sa confiance, il venait de trahir tout ce qu'il avait pu représenter pour elle. Il s'était trahi lui-même, trahi ses convictions les plus primaires. Le Groudon ne voulait pas de la guerre. Il ne voulait pas de morts inutiles, pas de terres inondées de sang. Alors pourquoi allait-il à l'encontre des propositions de la digne fille d'Astrameldha ? Clairement, les deux Légendaires étaient dans le même camp. Cette bataille était profondément dénuée de sens. Et c'était lui qui l'avait provoquée en premier lieu. Lui, le Chef.

Aujourd'hui, Mars découvrit des choses insoupçonnées, cette confrontation dure et criante de vérité lui avait ouvert les yeux. Il s'était remis en question, avait remis en question son rêve le plus cher, et les moyens de l'atteindre. Grâce à sa camarade, la douce Astrallia. C'était grâce à elle. Finalement, elle avait réussi à l'aider, même si ce n'était pas de la façon qu'ils avaient imaginé. Le bipède du magma se devait de la remercier.

« Astrallia… » commença-t-il d'un ton incertain. Il espérait qu'elle allait l'écouter jusqu'au bout, sans s'offusquer davantage.

Le colosse essaya de se rapprocher de la Reshiram, avant de se raviser. Il avait commencé à tendre son bras pour la toucher, lui montrer qu'il n'était plus furieux. La rage avait laissé place à un sentiment de vide, de désarroi. Et c'est bien ce vide qui l'empêcha de continuer son geste. Chacun des Légendes avait conscience du gouffre qui les séparait. Alors il décida de continuer son monologue sans plus attendre.

« Je ne sais pas ce qui m'a pris. J'ai surréagi, je me suis laissé emporter par des ondes négatives. »

Dégoût, désespoir, impuissance. Le géant avait dû passer par tout un panel d'émotion aussi riche que la variété de type Pokémon. Encore une fois, il se maudissait pour s'être laissé submerger ainsi, surtout devant la plus altruiste des Conseillers du Panthéon.

« Je me rends compte à présent que ce comportement n'est pas digne du chef que je suis… » à ces paroles, le bipède noir opina négativement du chef, pour couper toute possible remarque de la dragonne.

« Mais à présent, je sais ce que je dois faire. » il fixait intensément sa comparse tout en parlant, affichant clairement sa détermination.

« Vous m'avez sorti de l'ombre qui recouvrait mon jugement. Vous avez été la lumière qui m'a guidé sur le bon chemin. Je ne saurai jamais assez vous remercier pour ce que vous avez fait. »

Et Mars était sincère. La représentante du Réel l'avait touché, là où lui-même pensait avoir sombré pour toujours. Et c'était extrêmement important pour le Groudon de jais que la prêtresse de la chapelle le sache. Elle était loin d'être inutile aux yeux du leader. Il n'avait juste pas réussi à l'exprimer correctement auparavant.

« Votre patience et votre bonté ont eu raison des mauvaises pensées qui me hantaient. Vous avez apaisé mes souffrances, et je sais combien je vous suis redevable, de vous être occupée de moi après ce que je viens dire. Je tiens à m'excuser de vous avoir accusé de tous les noms, c'était indigne de ma part et blessant pour vous. »

Mars n'arrivait plus vraiment à s'arrêter. Son flot de parole continuait, tandis qu'il guettait les réactions d'Astrallia. Un tel retournement de situation devait probablement la surprendre. Mais il devait dire ce qu'il avait sur le coeur.

« Je comprends votre colère envers moi. J'ai conscience de vous avoir déçu, d'avoir déçu vos attentes. Je me suis moi-même déçu. Je viens de me découvrir un nouveau visage, le visage de mes heures les plus sombres. »

Une courte pause, parce qu'il avait besoin de formuler ce qui était le plus important à présent pour lui.

« Mais j'ai besoin de votre soutien, maintenant plus que jamais. Je sais que j'ai péché. Je dois être puni, ce n'est que justice. Mais je vous le demande Astrallia, ne m'abandonnez pas... Je n'y arriverai pas seul. »

Cette déclaration enflammée, qui aurait presque pu s'apparenter -avec exagération- à une déclaration d'amour, s'achevait enfin. Le Groudon inspira un grand coup, ses yeux emplis de peine se détournant subitement derrière son interlocutrice. Des discours aussi chargés en émotion étaient assez rares pour le souligner. Il s'était surpris. A vrai dire, le titan du magma ne s'était pas attendu à parler autant.

A présent, il n'avait envie que d'une chose : Partir. Mars avait déjà assez fait perdre son temps à la dragonne blanche, il ne voulait pas la retenir davantage. Mais s'enfuir comme un voleur n'était pas la solution. Le chef décida alors d'attendre de voir ce qu'allait faire Astrallia. Ensuite, il aviserait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 129
Points Stellaire : 308
Date d'inscription : 09/10/2017
Age : 21
Localisation : Shrine
Who am i !

Feuille de personnage
Infos:

Conseil Avisé - [Astrallia]

MessageSujet: Re: Conseil Avisé - [Astrallia] Ven 9 Mar - 17:22
La créature immaculée resta muette par la suite. Astrallia profitait du silence de Mars pour revenir un peu sur son comportement. Elle avait été si brutale dans ses paroles, c’en était incroyable. La femelle était connue pour son calme et son sang-froid à toutes épreuves mais cette fois… Cette fois, elle avait libéré son cœur et l’avait montré au Groudon de charbon. La Reshiram n’était pas aussi paisible et niaise comme certains pouvaient le penser, Mars avait fait l’erreur de la sous-estimée. Mais personne n’aurait pu prévoir un tel revirement de situation, pas même la blanche dragonne. Elle été toujours un petit peu en colère contre son collègue, toutefois, elle s’en voulait d’avoir été aussi agressive d’un seul coup. Son adrénaline était un peu retombée maintenant que le silence planait à nouveau mais Astrallia ne savait pas encore quoi faire. De la tristesse s’immisçait doucement dans son être pur et doux. Mars l’avait vu comme un être faible pendant un instant et cela avait conduit le Pokémon blanc à devenir brutal. Si son ami de la Terre avait pu l’imaginer ainsi alors d’autres Celyz le pouvait aisément. La dragonne imaginait même qu’elle devait être la risée du Panthéon pour certaines légendes avec sa candeur. C’était là un sérieux problème que le Pokémon Continent avait pointé dans le vouloir… Astrallia paraissait docile et faible aux yeux des autres. Cela empêchait ses idées quelque peu utopistes de parvenir aux oreilles des citoyens.

La Reshiram ne quitta qu’à moitié ses pensées en entendant le Chef du Conseil reprendre la parole. Il sembla hésiter un instant et sa voix n’était pas assurée comme d’ordinaire. Le mastodonte terreux expliqua ensuite qu’il ne comprenait pas son comportement et que les sentiments négatifs étaient responsables d’un tel acte. La Reshiram ne regarda même pas l’autre créature et se contenta de joindre ses pattes avant puis de poser son regard sur elles. Le Groudon reconnaissait ensuite que sa précédente façon de faire n’était pas digne du dirigeant du Panthéon et Astrallia ne pouvait qu’approuver en silence. Elle lui en voulait toujours un peu au fond. Mais Mars enchaina ensuite, comme s’il avait enfin trouvé sa lumière. La dragonne sentit la détermination poindre du colosse et elle redressa la tête pour l’observer. La curiosité prenait la place de la fureur, éteignant le feu comme le ferait l’eau.

Après des remerciements et des excuses de la part de sa connaissance, Astrallia ne savait plus vraiment où se mettre. Elle était ravie d’avoir pu apporter son aide mais son emportement était tout aussi impardonnable que celui du reptile du magma. Elle se sentait différente après avoir crié ainsi, elle ne reconnaissait pas son propre corps et cela était vraiment dérangeant. Surtout lorsque quelqu’un lui disait des choses gentilles en même temps. Puis le Pokémon continua sur sa lancée, expliquant à quel point il était lui-aussi bouleversé par ses anciennes paroles. Mars avait découvert un nouveau visage de lui-même, Astrallia également et en plus de cela, la dragonne s’était elle aussi découvert une partie d’elle enfouie et silencieuse depuis bien trop longtemps.

Une pause de quelques secondes marqua le discours du Chef.

Il demanda ensuite à la prêtresse de lui accorder son soutien. La femelle ne pouvait pas refuser une telle requête… Mais elle avait besoin de savoir où le Groudon voulait aller, comment voulait-il mener son combat à présent. Le titan semblait vouloir s’enfuir. Il semblait vouloir fuir la Reshiram. Elle s’approcha alors doucement de lui et prit l’une des grosses pattes de Mars avec les siennes. Son regard se plongea dans celui du colosse de la Terre.

« Mon aide… Je peux vous l’accorder. Mais avant cela, j’ai besoin de savoir… J’ai besoin de connaître votre détermination Mars. »

Après tout, Astrallia avait choisi d’agir seule si le Groudon ne pouvait pas lui venir en aide alors il fallait s’assurer qu’ils étaient tous les deux sur la même longueur d’onde.

« Qu’avez-vous appris de notre… Discussion ? »

La dragonne blanche en resta là et se recula pour laisser de l’espace à son ami. Elle affichait à présent un visage triste, ne souhaitant pas se réjouir trop rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 58
Points Stellaire : 80
Date d'inscription : 25/10/2017
Age : 17
Localisation : Siège du Panthéon.
Who am i !

Feuille de personnage
Infos:

Conseil Avisé - [Astrallia]

MessageSujet: Re: Conseil Avisé - [Astrallia] Sam 10 Mar - 0:24
Cette rencontre n'aurait jamais dû se dérouler de cette manière. En réalité, il n'y avait aucune raison valable pour que les deux Légendes se soient pris la tête à ce point-là. Le destin pouvait parfois jouer de cruels tours. Une parole mal interprétée, une réaction étrange, des mots qui dépassent la pensée... Au départ, ce devait être une simple conversation, presque banale, et qui pourtant a viré en confrontation verbale intense. Mais était-ce un mal absolu pour autant ?

La colère de Mars s'était volatilisée, et avec elle tout autre sentiment instable. Mais il voyait bien que ce n'était pas encore le cas pour sa comparse. Elle n'était pas tout à fait calmée, ce qui contribuait à désespérer le titan du magma. Le colosse noir n'avait plus aucune envie de lutter, il avait perdu simplement, et il reconnaissait la défaite. Mais y avait-t-il au moins un gagnant dans cette histoire ? Astrallia n'avait rien gagné, si ce n'était de la souffrance inutile et une perte de temps. Quant à Mars, il avait perdu de sa confiance. Pas pour la dragonne, mais pour lui-même.

C'était difficile de se relever après un tel choc. Quelqu'un avait réussi à lui faire redescendre les pieds sur terre, et ce quelqu'un était Astrallia ! Un incroyable retournement de situation qui, si il avait surprit le maître des continents, avait dû beaucoup plus choquer la principale intéressée. Mars ne pouvait qu'éprouver de l'empathie pour celle qui, en lui ouvrant les yeux sur son comportement déplacé, avait l'air d'accuser le coup à son tour. Elle n'était pas bien, et cela se voyait dans ses manières ou dans ses yeux. Ses yeux, d'une beauté captivante et d'une expressivité étonnante. La peine reflétait dans ses prunelles comme un miroir.

Et ceux de Mars, que laissaient-ils transparaître ? Du vide certainement. Un gouffre. C'était comme si la dispute, mais surtout la résolution l'avaient laissé sans force. Jamais il n'avait ressenti cela auparavant. Peut-être parce que c'était la première fois que la tournure dégénérait autant avec elle, avec Astrallia. Honnêtement, qui était assez stupide pour s'énerver avec quelqu'un d'aussi raisonnable ? Eh bien lui apparemment. Il avait été trop bête pour se rendre compte de ce que la douce dragonne était réellement.

Elle n'était pas comme les autres, cette Celyz. Cette aura si particulière et unique, cette bonté touchante, cet altruisme aussi poussé... De toute sa vie Mars n'avait jamais rencontré de Pokémon aussi dévoué et bienfaisant que la créature du Réel. Pourtant, la réalité n'était que violence et tension. Alors qu'elle, elle faisait preuve d'un rêve utopiste, et était prête à tout pour défendre cet idéal. Quel paradoxe ! C'était vraiment fascinant, et le Groudon avait vraiment beaucoup de respect à l'égard de la gardienne de la chapelle.

Et lui à côté de cela n'avait pensé qu'à lui-même, qu'à ses soucis. Ce comportement ignoble, pas étonnant qu'Astrallia se soit énervée comme ça. Lui-même était dégoûté et révolté par tant d'égoïsme. Sérieusement, qu'est-ce qui lui avait pris ? Rarement il n'avait été autant dans le faux que lors de cet affrontement. Alors le Chef du Panthéon était déstabilisé. Il avait suffi d'une discussion en apparence basique qui tourne à la dispute pour lui dévoiler bon nombre de ses faiblesses. Mars n'aurait jamais cru que parler pouvait lui ouvrir les yeux de cette manière. Il ne comprenait pas. Il avait échappé à la rage pour tomber de nouveau dans la tourmente.

La femelle ardente l'avait écouté finalement. Au fil des paroles, son visage s'était adouci. Astrallia était une personne compréhensible, elle voulait véritablement croire le colosse charbonneux, surtout lorsqu'il avait paru déterminé. Mais le doute persistait. La dragonne de feu semblait hésiter sur la marche à suivre. Mais Mars avait beau avoir voulu montrer qu'il pouvait relever la tête, qu'il était capable d'endurer la suite, lui aussi hésitait. Et l'hésitation, dans une situation aussi importante et fragile que celle-ci, n'était pas permise, surtout si les deux côtés étaient concernés.

En sa qualité de leader du Conseil, son esprit stratégique s'était affûté au fil des années. Que ce soit sur le champ de bataille ou non, il avait appris qu'en cas d'hésitation il ne fallait jamais compter sur qui que ce soit pour agir à sa place. Même si on est pas sûr à cents pourcent de ce que l'on fait, le mieux était encore d'agir en premier et au plus vite, et surtout de ne pas laisser le doute s'installer, puisqu'il apporte quantité de problème. Manque de pot, il était déjà trop tard. Mars ne pouvait donc pas organiser de retraite stratégique, malgré le fait qu'il le voulait réellement. Par ailleurs, son incommodité n'était pas très discrète, puisque la prieuse des étoiles vint lui prendre la main pour le rassurer.

Et elle parla. Elle devait savoir si oui ou non elle pouvait compter sur lui. Par réflexe, après tout ce qui venait de se passer, l'avatar de la Terre aurait voulu lui répondre par la négative, que c'était trop dur pour lui et qu'il préférait abandonner. Mais justement, après tout ce que venait de se passer, il n'en avait pas le droit. Il n'avait pas le droit de la laisser se débrouiller toute seule. Son coeur lui criait que c'était chose impensable ! Si Mars abandonnait sa collègue maintenant, il ne s'en remettrait sûrement jamais. Sa toute-nouvelle morale refondée lui interdisait tout bonnement cette issue.

Il ne lui restait plus qu'une seule option alors : se bouger et surtout ne pas laisser passer cette seconde chance que lui accordait Astrallia. Le Groudon altéré avait foiré la première fois ? Pas de problème, il n'avait qu'à mettre les bouchées doubles. Et prouver à la Celyz qu'elle avait de la valeur à ses yeux violets.

C'est avec cet état d'esprit que Mars trouva une nouvelle force en soi. Une force pour affronter le futur qui s'annonçait pourtant sombre. Cette fois-ci, il se battrait jusqu'au bout. C'était son devoir, et il n'allait plus en être autrement.

La dame ailée s'écarta alors dans l'attente d'une réponse. Et étrangement, elle avait l'air triste. Encore une fois, il y avait là un sacré paradoxe : à peine quelques minutes auparavant Mars déprimait et Astrallia était attentive et curieuse, et maintenant c'était l'inverse ! Alors que Mars reprenait enfin espoir, c'est Astrallia qui ne savait pas sur quel pied danser. Ce retournement de situation très bizarre fit… sourire le Groudon.

Oui, il souriait. Dans un moment pareil. Parfois, le destin pouvait jouer de cruels tours, mais aussi se comporter en petit farceur. Décidément, ces deux-là faisaient bien la paire ensemble. Il était juste regrettable qu'ils se soient disputés ainsi pour que le géant de jais s'en rende compte. Et il espérait que sa collègue aussi en avait conscience. Cette rencontre avait juste été… magique. Le chef n'avait pas d'autre mot. C'était tellement improbable, tellement étonnant, il ne pouvait qu'en sourire.

« Astrallia, ce que j'ai appris aujourd'hui est bien plus criant de vérité que tout ce que j'ai pu penser ou entendre pendant des années. »

A son tour, il voulait prendre la patte de la femelle entre ses mains. Mais pour éviter de lui broyer les os, le Groudon se contenta finalement poser sa mains sur l'un de ses bras.

« Astrallia, ma bonne Astrallia. Vous êtes une personne formidable, vous le savez ? »

Le titan regardait avec bienveillance sa consœur. Il était sincère, et voulait que la concernée le sache, au moins en le voyant dans ses yeux. Il reprit d'une voix incroyablement douce pour son espèce.

« Vous m'avez appris tellement de choses, que je ne saurai toutes vous les citer. Mais assurément, les principales sont celles que voici : Vous m'avez obligé à me remettre en question en me confrontant frontalement avec mes erreurs. »

Oui, ses erreurs, ses préjugés. Astrallia les avait démontés un par un, cela prouvait bien qu'ils étaient infondés et que le Groudon s'était trompé. Mais le pire avait été de continuer à lutter dans le faux.

« Vous m'avez tenu tête pour m'obliger à reconnaître que j'étais dans le tort, et que j'avais mieux à faire que de m'enfermer dans mes idées conçues. Vous vous êtes démenée pour que je réalise ma faute. Et d'aussi loin que je me souvienne, vous êtes la seule à avoir eu le cran de faire une chose pareille. »

C'est vrai. Rare étaient les Pokémon qui osaient contredire Mars, surtout lorsque celui-ci s'énervait. Mais heureusement, il y avait eu la dragonne blanche pour lui montrer qu'il n'était pas immuable.

« Vous n'êtes pas une bonne à rien Astrallia. Vous n'êtes pas inutile, et vous ne le serez jamais. »

Mars retira sa main de la prêtresse et recula d'un pas, en fixant ardemment son interlocutrice. Il avait réussi à comprendre que la femelle se dépréciait souvent, à juste titre qu'elle était trop timide pour prendre la parole en public ou ce genre de chose. Et pourtant, c'était bien là le problème ! Astrallia avait des idéaux si nobles, c'était vraiment dommage de les garder pour soi-même. Mais c'est vrai que le climat actuel du Panthéon n'était pas le meilleur pour propager ce genre d'idée. Mars comprenait parfaitement sa réticence. Mais il n'en avait pas encore fini avec elle. Il laissa une petite pause, le temps que la gardienne du Réel assimile cette parole.

« Vous m'avez également appris à défendre ses idées plus que tout, d'aller là où son coeur nous guide. »

En vérité, le Groudon avait toujours eu l'idée d'essayer de trouver un moyen d'éviter la guerre entre Celyz et Bahors. Or, il n'avait vraiment jamais eu le culot ou la témérité de clamer haut et fort cet état d'esprit, parce qu'en tant que Haut Conseiller, il représentait toutes les Légendes. Malheureusement, la majorité semblait pencher vers ce conflit plutôt que de vouloir l'éviter. Avec de tels propos, on l'aurait cueilli direct, et il aurait tout de suite été discrédité.

Il devait tant à Astrallia, parce qu''à présent il ne voulait plus se cacher de ce danger. Si le peuple n'était pas content de ses décisions, c'était un problème. Par contre, si il ne cherchait à comprendre ses décisions sous prétexte qu'elles agissent pour la paix, s'il refusait toute décision paraissant aller de près ou de loin en faveur des Bahors sans même savoir pourquoi, alors là Mars ne pourrait laisser passer un tel obscurantisme sans se battre. Même si pour cela il lui fallait révoquer sa place de chef.

« Grâce à vous, j'ai compris que je ne devais pas laisser passer ce qui était important à mes yeux sous prétexte que c'était d'avance voué à l'échec. J'ai appris à ne pas abandonner, surtout avant même d'avoir essayé. C'était très stupide de ma part de m'être emporté comme ça. Je sais que j'ai sali la réputation de Chef, alors à présent je veux la redorer. »

Mars continuait de fixer la femelle, se tenant droit et digne, parlant posément et assurément. Redorer sa place, au nom de la liberté et de la tolérance, les valeurs basiques pour le vivre ensemble. Redorer sa place aussi pour Arceus, qui ne veut certainement pas d'une nouvelle guerre sanglante. Mais également pour Astrallia, parce que…

Le titan du magma fit mine d'avoir terminé. Pourtant, il lui restait encore quelque chose à dire, mais il ne savait pas vraiment comment la formuler sans avoir l'air… bête. La prêtresse sembla voir qu'il lui restait autre chose à dévoiler, et le laissa alors parler. Le colosse de jais prit une grande inspiration, et se jeta à l'eau.

« Mais surtout, j'ai appris que… vous étiez importante à mes yeux, et- Enfin, déjà auparavant bien sûr ! Mais je ne sais pas… Vous m'avez montré à quel point votre amour naturel pour les plus démunis était important et resplendissant. Et-et je ne pensais honnêtement pas que vous déteindriez à ce point sur moi… Bien sûr ce n'est pas une mauvaise cho-chose et… Arceus, qu'est-ce que je suis en train de dire ? »

Mars se mit la tête dans la main, incapable de continuer de cette manière. C'était tout à fait inédit pour lui, il n'avait pas l'habitude de faire de telle déclaration et de se montrer aussi… sentimental ? Et bien sûr, que devait donc penser Astrallia de tout ça ? En était-elle touchée, ou est-ce qu'elle aussi avait un peu honte ? Le Groudon venait de provoquer la surprise, c'était certainement pour cela que la dragonne blanche ne l'interrompit pas. Mars secoua alors la tête avec un haussement d'épaule, l'air de s'excuser de son comportement anormal.

« Désolé, je ne sais pas ce qui me prend… C'est assez gênant pour ainsi dire, hum. Mais je voulais que vous sachiez que je vous apprécie énormément pour ce que vous êtes. Votre tendresse pour les plus faibles et votre courage à défendre vos motivations sont une source d'inspiration, sachez-le. »

De nouveau, le maître des continents s'approcha de la prêtresse et posa ses mains sombres sur ses épaules. Ce n'était pas aussi fort émotionnellement parlant qu'un câlin, mais au moins le mâle était assez près d'elle pour qu'elle puisse plonger dans ses yeux et y voir que tout ce qu'il disait était la plus pure des vérités pour lui. Quelques secondes passèrent avant que Mars ne s'écarte, touchant enfin au bout.

« Finalement, de tout cela, je crois que j'ai appris que je ne vous connaissais pas assez. Et c'est entièrement de ma faute. Vous méritez amplement que l'on s'attarde sur vous Astrallia, même si cela peut vous faire peur ou vous gêner. Vous êtes une personne bien, beaucoup plus que moi. Si vous arriviez à vaincre votre timidité et votre réserve, je suis sûr qu'énormément de Celyz aurait conscience de ce que vous êtes réellement… »

A cette dernière phrase, le chef du Panthéon se rendit compte que sa manière de dire n'était pas la meilleure. Alors avec un petit pic de stress il tenta de rectifier immédiatement le coup en secouant la tête encore une fois.

« Oh, excusez-moi de nouveau ! Je ne voulais surtout pas me poser en donneur de leçon, ce serait même plutôt l'inverse, ah ah ah. »

Sa tentative de plaisanterie ne l'avait que vaguement fait rire, alors il espérait secrètement ne pas avoir froissé ou ennuyé Astrallia. Secrètement, parce qu'il venait de baisser légèrement la tête et regardait à présent le sol de marbre pour éviter tout contact visuel. L'assurance dont il avait fait preuve pour essayer de détendre l'atmosphère disparut d'un seul coup. A dire vrai, le Groudon remuait les griffes, probablement un signe de tension. Il déglutit avant de parler, et d'enfin conclure sur ce long monologue assez chargé.

« Mais je tenais à vous… rendre la pareille. Vous ne savez pas à quel point vous venez de m'aider, ma chère Astrallia… Je voulais juste que vous le sachiez. »

Cette dernière phrase, Mars la dicta en croisant le regard de la dame de feu. Maintenant, il pouvait souffler, ce n'était plus à lui d'agir. Le Groudon charbonneux espérait tout de même avoir convaincu la prêtresse, du moins suffisamment pour qu'elle le soutienne dans ses entreprises futures, et particulièrement lors du Conseil qui devait se dérouler dans l'après-midi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 129
Points Stellaire : 308
Date d'inscription : 09/10/2017
Age : 21
Localisation : Shrine
Who am i !

Feuille de personnage
Infos:

Conseil Avisé - [Astrallia]

MessageSujet: Re: Conseil Avisé - [Astrallia] Mar 15 Mai - 17:33
L’énigmatique Astrallia venait de frapper. Le Groudon devait maintenant faire ses preuves face à la dragonne, pour espérer une aide de cette dernière. Bien entendu, nul ne doute qu’elle lui accorderait de toute façon, mais c’était un bon moyen de tester Mars. Une occasion que la dame blanche ne pouvait pas manquer. Elle observait son camarade Celyz avec un silence d’or. Le colosse de terre n’avait pas l’air dans son assiette, la discussion avait été rude après tout. Cependant, pour Astrallia, ce n’était pas une raison suffisante. Elle-même faisait un effort pour reprendre ses esprits et devenir maîtresse d’elle-même. Quant à Mars, en tant que chef du Panthéon, il était de son devoir de se remettre rapidement de ses émotions. Le Groudon charbonneux ne pouvait pas flancher après une escarmouche avec son amie. C’était également sur cela qu’Astrallia voulait tester son interlocuteur. Ce Pokémon n’avait pas fini d’en venir aux disputes avec ses proches, alors il fallait qu’il possède les épaules pour supporter tout cela… La Reshiram avait de la suite dans les idées, sous son air attristé.

Il pouvait y avoir des hauts et des bas, la Celyz blanche ne pouvait rien faire contre cela. Elle savait que le rôle de Mars était très difficile. Pourtant, elle comptait sur lui. Le Panthéon entier tournait son regard vers… Lui. Le Groudon ne pouvait pas faillir à son devoir, il n’en avait pas le droit. Astrallia était mal à l’aise en pensant ainsi, maos elle avait très certainement raison. Elle ne connaissait personne d’autre pour prendre la place de meneur de son ami. Il fallait qu’il soit fort à présent. Pour que la guerre cesse, pour que la guerre ne recommence plus jamais…

Puis au bout d’un moment, la dragonne détecta quelque chose dans le corps du géant de la Terre. Une énergie positive. Un sourire étira même ses babines, et Astrallia, curieuse, redressa un peu plus la tête. Elle aussi devait reprendre espoir, comme était en train de faire son supérieur. La prêtresse devait faire honneur à sa mère, et à tous ceux tombés par le combat. La bipède attendit donc avec patience la réponse de son partenaire de discussion. Il avait très certainement les bonnes réponses à présent.

Mars commença donc par avouer que cette discussion lui avait ouvert les yeux. La Reshiram observa la main géante qui venait de se poser sur l’un de ses bras. Elle écoutait attentivement. La suite fut quelque peu troublante pour la femelle, car le Groudon disait qu’elle était formidable. Si la situation n’avait pas été aussi sérieuse, Astrallia aurait probablement répliqué avec quelques bégaiements. Là, elle se contente d’écouter et d’éviter le regard du béhémoth pour le moment. S’en suivi ensuite le discours de Mars, le Conseiller en chef. Il parlait de remise en question, qu’Astrallia avait bien fait de lui tenir tête… Qu’elle n’était pas inutile, bien au contraire. Il s’écarta ensuite, plaçant un regard brûlant sur la dame de feu.

Celle-ci redressa la tête en voyant son interlocuteur reculer. Elle croisa son regard et compris que le Groudon était très sérieux et sincère. La suite parlait de cœur, de ne pas abandonner et que sa réputation en avait pris un coup. Il avait fière allure désormais, et la gardienne de la réalité ne pouvait que sourire à cela. Elle retrouvait Mars, le Dirigeant. Puis tout à coup, le colosse eut à nouveau un coup de mou. Mais ce n’était pas celui de la dépression. Non, c’était autre chose… La femelle ne pouvait pas mettre le doigt dessus, mais il y avait quelque chose qui troublait son ami. Elle le laissa donc ouvrir son cœur sans s’imposer.

Le charbonneux avait beaucoup de mal à s’exprimer clairement. La dragonne pencha naturellement la tête sur le côté, interrogatrice. Et puis elle comprit quelque chose. Elle resta pourtant silencieuse, attendant que son ami termine. Il s’excusa, parla une nouvelle fois de la prêtresse en bien. Il s’approcha ensuite, posant délicatement ses pattes sur les épaules de la Reshiram. Astrallia sentait son cœur battre un peu plus fort, mais elle garda son calme tout au long du contact. Mars resta ainsi pendant quelques secondes, avant de s’éloigner encore une fois. La dragonne ressentit quelque chose en elle à cet instant précis… Elle ne pouvait pas dire quoi.

Enfin, incroyable mais vrai, le Groudon continua ses éloges, et la Celyz blanche ne savait plus trop où se mettre à présent. Elle avait l’habitude de recevoir quelques compliments sur sa gentillesse ou son travail, mais là, c’était un peu trop pour elle. Bien sûr, c’était gentil de la part du Pokémon Continent… Cependant, c’était un peu trop selon la prêtresse. Il s’excusa une nouvelle fois. Astrallia lui fit un signe de tête qui signifiait que ce n’était vraiment pas un problème. Mars conclu son précieux monologue en expliquant à quel point il venait de recevoir de l’aide. Bien, c’était une bonne chose pour la femelle. Il était temps, à présent, de reprendre le flambeau de la discussion.

Au début, la Reshiram ne trouvait pas quoi dire. Elle était tout de même un peu troublée par les révélations de son ami légendaire. Pourtant, c’était elle qui avait demandait des preuves ! Maintenant, elle avait tout intérêt à rebondir sur les paroles du mâle pour conclure cette rencontre. Elle s’éclaircit alors rapidement la gorge, pour dire ce qu’elle pensait au géant noir.

« Dites-moi Mars… Je suis vraiment surprise, je… Je ne pensais pas que vous auriez autant à dire sur moi. Je n’en demandais pas tant, mais j’imagine que c’était naturel… »

Un sourire timide agrémenta le visage de la Celyz.

« Je dois vous remercier… Pour ces choses que vous avez dites à mon égard… Je ne sais pas si je les mérite, mais c’est agréable à entendre… Alors merci. »

Elle était sincère aussi sur ce point-là.

« Mars. Vous m’avez convaincu. Et je dois encore vous remercier, parce que… Vous n’êtes pas le seul à avoir évolué grâce à cette conversation. J’aurais aimé ne pas hausser le ton, pardonnez-moi encore… Mais c’était très certainement la volonté de notre Père. Nous sommes changés suite à cette rencontre. Vous, vous avez ouvert les yeux et repris espoir, et confiance en vous. Pour ma part… J’ai aussi réalisé que… Je ne pouvais pas rester comme je le suis. Je dois me montrer plus vaillante pour porter mes idées vers le haut. Les Celyz, nos compagnons, ne peuvent pas se lancer dans des projets sans figure de proue. J’ai décidé de faire quelque chose d’important pour mes convictions, et pour la paix. »

Le regard d’Astrallia était profond, et sérieux. Elle ouvrait son cœur comme venait de le faire le Chef du Panthéon.

« Ma décision, Mars… Est celle de quitter le Panthéon pendant un moment. Bien entendu, je trouverais un remplaçant pour les naissances, l’un de mes disciples se fera une joie de prendre ma place temporairement… Je dois me rendre sur le terrain et arrêter de me cacher. Ma candeur… Est un frein à mes convictions. Peut-être qu’en voyageant, qu’en combattant, je trouverais plus de force en moi. J’y crois dans tous les cas. Et vous ne pourrez pas me faire changer d’avis. »

Elle offrit un sourire un peu plus prononcé, et malicieux, à son comparse légendaire.

« Je suis déterminée Mars. Je vais porter la voix de tous ceux qui souhaitent la paix, hors du Panthéon. Si j’y reste, personne ne croira vraiment à mes paroles. Nos paroles. Je connais des personnes, comme je vous l’ai dit, qui m’aideront dans ma tâche… Nous recruterons des Bahors, et nous marcherons tous sous l’étendard de la Paix. »

Une pause s’imposa. Le corps d’Astrallia tremblait un peu, tant elle était sérieuse et tant ses paroles ne lui ressemblaient pas. Elle avait pris son courage à deux pattes pour avouer tout cela au Groudon de jais. Elle espérait qu’il croirait en elle et sa capacité de mener un groupe de Pokémon… La dragonne blanche n’en pouvait plus de rester les pattes croisées, tout en prêchant des paroles dans le vent. Pour Arceus et pour tous, Astrallia voulait entrer dans le vif du sujet.

« J-Je ne vais pas vous demander votre avis ! Ma… Ma décision est prise ! »

Ce qui, traduit, voulait dire : est-ce que j’ai votre bénédiction ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 58
Points Stellaire : 80
Date d'inscription : 25/10/2017
Age : 17
Localisation : Siège du Panthéon.
Who am i !

Feuille de personnage
Infos:

Conseil Avisé - [Astrallia]

MessageSujet: Re: Conseil Avisé - [Astrallia] Lun 16 Juil - 17:26
L'aube resplendissait depuis quelques heures à peine, et pourtant la vie du Groudon sombre avait basculé du tout au tout. Non, pas vraiment la vie. Il était toujours le puissant Chef du Panthéon, toujours ce Pokémon imposant face à bon nombre de ses compatriotes, toujours aussi fier. Rien là-dedans n'avait changé… Réellement ? Non, la vie parcourait toujours son corps de la même ardeur depuis des années. Mais qu'en était-il de l'avis de Mars ?

Oh, celui-ci avait plus que changé au cours de sa conversation avec Sœur Astrallia. Sœur, de par sa fonction de prêtresse au sein du pays évidemment, mais aussi de par ce nouveau rôle qu'elle avait endossé de gré ou de force ce matin-là, celui de confidente. Confidente pour Mars, le leader pourtant incontesté et incontestable, celui qui tire les rennes de toute son espèce, celui qui inspire l'admiration et la crainte. Qui se croyait intouchable. Et pourtant ce fut la plus pacifique des personnes qui réussit à le briser, éclater cette carcasse de torts pour que naisse un nouveau Pokémon aux yeux plus ouverts. Elle l'avait aidé à se reconstruire en lui offrant les bases d'une vision plus juste au nom de Père et de tous les êtres vivants.

A présent que cet échange chaotique touchait à sa fin, Mars remarqua qu'il était très fier. Non pas de lui-même, ni même de sa métamorphose, mais de la douce Reshiram. Qui avait défendu ses idées altruistes contre vent et marais, qui avait défié l'autorité pour s'exprimer librement, qui avait du courage insoupçonné à revendre. La dragonne ne s'était pas laissée marcher sur les pattes et avait lutté avec son cœur, là où le dinosaure s'était réfugié derrière la mauvaise foi et de fausses excuses. Pourtant, le jour où il fut couronné meneur du Panthéon, le Groudon avait partagé les idéaux de sa collègue à un certain degré. Mais des années d'isolement par son rôle unique et supérieur, des années à assumer la volonté de la majorité avaient subtilement eu raison de son engagement sans qu'il ne sans rende compte.

Il ne voulait plus être cette figure imposante qui réduisait au silence ses semblables. Mars voulait que l'on vienne lui parler sans que l'on redoute sa colère ou son refus. Ce chef renouvelé savait qu'il avait manqué à son devoir plus d'une fois auprès de son peuple, et ce, peu importe la politique que chacun revendiquait. Trop longtemps il avait négligé ces Pokémon qui souhaitaient vivre dans un monde où l'on ne craindrait pas pour sa vie. Les enfants, l'avenir du Panthéon, ne voulaient certainement pas d'une guerre comme quotidien. Trop longtemps il s'était associé aux belliqueux en pensant que ceux-ci contenteraient l'agacement constant, l'angoisse latente. Il était donc de son devoir de remédier à ces erreurs, ses erreurs. Il prendrait le temps d'écouter ce que chacun avait à dire. Il prendrait le temps d’œuvrer pour ce qui lui semblait le plus important : la paix. Même si cela devait lui en coûter.

Chef du Panthéon. Mars ne pouvait pas occulter toutes les autres opinions pour faire uniquement ce qui lui plaisait. Mais il ne pouvait pas tout simplement céder à la facilité et répondre de manière laxiste à l'attente des Pokémon violents et impatients. Sa place était un privilège, et non pas un fardeau qui le restreignait dans ses actions, comparé à ce qu'il avait cru au début de cette journée. Cette place lui permettait de s'exprimer le plus naturellement possible, sans aucune peur. Cette place lui permettait de se battre sans redouter les coups bas, les menaces. Bien sûr, cette place ne le mettait pas en sécurité pour autant, il attirait indubitablement l'attention, les partisans et les opposants en nombre. Mais au moins, il avait le pouvoir d'essayer de faire changer les choses. Mars était le puissant Chef du Panthéon, aujourd'hui plus que jamais.

Astrallia avait fait ressortir le bon du colosse au grand jour. Elle lui avait rappelé ses engagements initiaux, même si pour cela il eut fallu passer par une prise de tête. Et pour cela, l'avatar des continents lui devait beaucoup de respect, et surtout un soutien infaillible.

La belle créature était surprise de l'importante déclaration de l'être de magma, ce qui lui arracha un léger sourire. Mars n'avait pas voulu la décevoir une nouvelle fois, alors oui, il avait un peu jeté en vrac tout ce qui lui était passé par la tête sans prendre le temps de remettre de l'ordre. Des choses furent pertinentes, d'autres un peu moins, ou alors mal tournées, mais dans tout les cas le Groudon de jais était sincère. La bienveillance naturelle de sa collègue avait déteint sur lui-même, c'est pourquoi il avait été entièrement honnête. Ses excuses, ses nouvelles résolutions, son affection pour la dragonne, tout cela était vrai. Astrallia prenait toujours soin des autres avant de s'occuper d'elle, pour preuve, elle avait pris de son temps pour échanger avec le Haut Conseiller sans broncher (du moins au début). Il était temps à son tour qu'elle reçoive des gestes amicaux, des paroles rassurantes, des regards complices.

La porteuse de la Réalité avait soufflé une flamme nouvelle dans le cœur du Pokémon pourpre. Et pourtant c'était elle qui le remerciait, qui remerciait celui qu'elle venait d'aider. Peut-être était-ce parce que la dragonne aussi se trouvait changée après cette dispute violente. Peut-être qu'en aidant son prochain, elle s'était aidée elle-même. Chacun, à sa manière, avait trouvé rédemption. Mars venait de regagner sa confiance, en sa collègue et en son propre intérêt, tandis qu'Astrallia expliquait que ses idéaux venaient de franchir un cap. Si avant la blanche femelle assumait son utopie de paix, à présent elle souhaitait l'affirmer aux yeux du plus grand nombre. Et le titan ne pouvait qu'approuver et l'encourager dans cette initiative. Alors il l'écouta sagement, alors qu'elle révélait sa décision nouvelle.

Quitter le Panthéon. Mars ouvrit ses yeux, plus que pris par surprise. Il ne s'était certainement pas attendu à quelque chose d'aussi radical, surtout de la part de la discrète prêtresse. Bien sûr, celle-ci expliquait ses modalités, sûrement pour faire passer plus facilement l'information, ou du moins pour rassurer son chef : trouver un remplaçant ne serait pas difficile, sa voix porterait davantage si elle se déplaçait sur le terrain, cette expérience la rendrait plus vaillante et déterminée… Honnêtement, le colosse de terre se fichait un peu des arguments proposés, il était encore bloqué sur le fait de partir, qu'elle parte.

Elle venait à peine de le redresser qu'elle voulait déjà l'abandonner ? Non, ce n'était pas comme cela que Mars devait raisonner. Ça, c'était une pensée irréfléchie, la première qui l'avait traversé lorsqu'il avait entendu cette révélation. Après tout le travail qu'ils avaient accompli ensemble ce matin, jamais ils ne pourraient se séparer (spirituellement parlant, bien sûr). Ces deux Pokémon avançaient sous la même bannière maintenant. Quoiqu'il arrivait, Mars refusait d'abandonner la dragonne, tout comme l'inverse était vrai. C'était précisément ce message que le Groudon pouvait lire dans les yeux bicolores de la dame blanche tandis qu'elle lui expliquait que cela était une nécessité, pour la paix mais surtout pour elle-même.

Elle ne l'abandonnait pas. Elle lui confiait le Panthéon, la tâche de changer les mentalités célestes tandis qu'elle s'occuperait du monde terrestre. C'était un travail en tandem. Elle lui faisait confiance. Voilà pourquoi Astrallia partait. Elle avait désormais assez confiance en Mars pour propager leur volonté altruiste ici, et ce, grâce à leur dispute. Lui n'avait pas la possibilité de se rendre dans l'En-Bas pour prêcher la paix. Astrallia, elle, était capable de descendre, de descendre et de faire bouger les choses. Elle était forte, bien plus forte que ce qu'elle soupçonnait. Sa conviction guidait ses battements d'ailes et de cœur, elle vivait pour cette paix tant attendue. En tout cas, c'est ce que ressentait le Haut Conseiller en la regardant. Arceus pouvait être fier de sa fille immaculée.

Les rôles s'étaient inversés en l'espace de quelques secondes, une nouvelle fois. Astrallia était gênée et surprise par l'honnêteté et l'emportement de son chef lorsque celui-ci lui avait avoué tout ce qu'il avait tiré de leur rencontre. Et maintenant, c'était lui qui était abasourdi devant l'acte si brave et déterminé de la femelle aux yeux vairons. Mars ne put empêcher un sourire de relever son visage si souvent rigide et sérieux. De toute façon, la prêtresse ne semblait pas accepter un refus comme réponse. La raisonner était inutile, puisqu'elle était déjà dans le vrai. Même si la perspective de l'envoyer seule en terrain inconnu et probablement ennemi n'enchantait guère le sombre Pokémon, il n'avait pas matière à s'opposer à son départ. Et pourtant, bien qu'il était largement satisfait de cette initiative et heureux de voir la dragonne se découvrir sous un nouveau jour, Mars ne pouvait s'empêcher de ressentir une petite douleur. Bien sûr, c'était temporaire… Mais qui sait combien de temps Astrallia allait devoir rester pour convaincre des Bahors à se joindre à sa cause ?

Mars n'avait pas peur pour son bien-être, la Reshiram pouvait se défendre. C'était la durée indéterminée de la mission qui lui mettait un frein à l'encourager. Les deux Légendes venaient à peine de partager un moment fort émotionnellement et d'approfondir leur amitié, et ils n'allaient plus pouvoir partager. Se voir. Cette pensée faisait mal, vraiment. Mars avait espéré qu'il puisse davantage converser avec sa collègue maintenant qu'ils étaient réconciliés. Même pourquoi pas passer du temps ensemble, pour apprendre à mieux se connaître. Le Groudon ne savait pas grand-chose de la vie de sa prêtresse, et cela le chagrinait. Mais si elle venait à partir loin du Panthéon… Alors il pouvait dire adieu à ces projets pour le moment.

Évidemment, l'intérêt commun, la paix, était plus importante que ses envies personnelles. C'est pourquoi Mars n'allait rien faire pour la retenir. Bien que ses yeux violets reflétaient sa douleur, et son sourire diffusait sa fierté, il hocha lentement la tête. Étrange de retrouver un tel mélange sur son visage le plus souvent inexpressif. La Reshiram l'avait vraiment changé, pour le mieux.

« Astrallia, chère Astrallia... »

Sa voix était aussi rugueuse que d'habitude, mais en écoutant attentivement on pouvait percevoir une note de douceur, alors que mâle pourpre s'avançait vers sa collègue pour poser ses mains sur ses bras, doucement pour ne pas la bousculer, mais assez pour calmer ses tremblements d'appréhension.

« Vous m'honorez de votre bonté et de votre sagesse en me confiant votre combat au Panthéon. Je vous promets de faire mon possible pour lutter contre la violence injustifiée et l'appel du sang innocent. Vous avez fait de moi un chef renaissant, alors je ne vous décevrai pas. Ni vous, ni Arceus notre Père. »

Le Groudon marqua une pause lourde de sens. Les deux Légendes savaient ce que cela signifiait, Astrallia avait l'aval du meneur pour entamer sa quête sacrée.

« Je sais que vous pouvez aller loin. En travaillant main dans la main, nous réussirons à contenir l'agitation et la crainte et à la muer en harmonie et tolérance. J'ai confiance en vos capacités pour mener le combat sous les nuages. Vous serez une grande inspiration pour les Bahors pacifiques, je n'en doute pas une seule seconde. »

Mars recula d'un pas. Il semblait avoir terminé son speech, et pourtant il hésitait. Il voulait ajouter quelque chose, quelque chose de très important à ses yeux. Mais il n'arrivait pas à le sortir, il n'arrivait pas à le formuler, et cela le frustrait. Il avait fermé les yeux en espérant que cela l'aiderait à le concentrer.

Astrallia devait avoir vu son corps sombre se tendre, puisqu'elle prit une de ses grosses mains entre les siennes, beaucoup plus petites et douces, en geste d'apaisement. Ce contact eut l'effet escompté, puisque le titan rouvrit les yeux sur l'air compatissant de sa camarade. Dans une certaine mesure, l'espoir à travers ses orbes vairons lui donna la force de parler.

« Astrallia… Ne vous en faites pas pour votre poste de Conseillère ou de Prêtresse. Laissez-moi m'occuper de ces modalités, vous devez avoir d'autres choses à penser maintenant que vous avez pris votre décision. S'il vous plaît, soyez prudente une fois arrivée en bas… Et si jamais l'envie vous reprend de revenir un instant au Panthéon, n'hésitez pas une seconde. Je serai toujours là pour vous accueillir. »

Encore un effort. Le supplice était presque terminé pour les deux côtés. Cette séparation ne pouvait pas se faire sans regrets malheureusement.

« Je… C'est sûrement la dernière fois que nous pouvons nous parler en privé avant un long moment. Alors j'ai-j'aimerai vous souhaiter un bon voyage, et puisse la lumière d'Arceus vous accompagner tout au long de votre périple… »

FIN DU RP
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Who am i !

Conseil Avisé - [Astrallia]

MessageSujet: Re: Conseil Avisé - [Astrallia]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [CONSEIL] Orange ou SFR...?
» Conseil d'utilisation de l'EOS 1000D
» [demande de conseil] peindre sa carrosserie
» [INFO] Besoin d'un conseil : N900 ou HD2 ?
» [demande de conseil] micro/casque sans fil compatible pc/ps3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Stellaris Majores :: La Terre Que Nous Foulons :: Le Panthéon :: Place Arceus :: Chapelle des Étoiles-